NOUVELLES
27/11/2012 02:41 EST | Actualisé 27/01/2013 05:12 EST

Congo: les rebelles du M23 n'entendent pas quitter Goma malgré l'ultimatum

GOMA, République Démocratique Du Congo - Le chef du M23 a déclaré mardi que le groupe rebelle ne quitterait pas la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, malgré l'ultimatum lancé par plusieurs pays de la région.

Lors d'une conférence de presse à Goma, le chef rebelle Jean-Marc Runiga s'est également dit prêt à combattre l'armée congolaise.

«Le M23 veut simplement la paix, mais nous nous donnons le droit de repousser l'ennemi aussi loin que nous l'estimons nécessaire», a déclaré le chef du M23.

La ville de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu qui compte plus d'un million d'habitants, a été prise par les rebelles le 20 novembre. Plusieurs mines de minéraux rares et de diamants se trouvent dans cette région.

Un ultimatum avait été lancé aux rebelles samedi par les pays membres de la Conférence de la région des Grands Lacs. Il expirait lundi à minuit, heure locale.

Le porte-parole de l'armée congolaise, le colonel Olivier Hamuli, a déclaré mardi que le non-respect de l'ultimatum par les rebelles du M23 était une «déclaration de guerre».

Par ailleurs, un groupe d'extrémistes hutus, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), adversaire du M23 composé majoritairement de Tutsis, est passé au Rwanda et se bat contre l'armée rwandaise, ont déclaré le M23 et des résidants de la région.

Les membres des FDLR s'étaient réfugiés dans l'est du Congo après le génocide de 1994 au Rwanda.

D'après le porte-parole de l'armée congolaise, cette incursion des FDLR au Rwanda est une «pièce de théâtre» orchestrée par les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda, pour créer une diversion et leur donner un prétexte pour garder le contrôle de Goma.

Des affrontements ont également éclaté tôt mardi matin à Kibumba, à environ 30 kilomètres au nord de Goma, près de la frontière rwandaise, d'après un responsable du M23 et des résidants de la ville.

L'armée congolaise était impliquée dans ces combats et se battait aux côtés des membres des FDLR, selon le chef du M23. «Nous avons appris que les FARDC (l'armée congolaise), avec ses alliés des FDLR, avait attaqué le Rwanda», a-t-il dit.

Quelques heures plus tard, des journalistes de l'Associated Press ont pu voir les combattants des FDLR battre en retraite vers le Congo.

Les soldats de l'armée congolaise se trouvaient mardi dans la ville de Minova, à 60 kilomètres au sud de Goma. Ils semblent cependant désorganisés et ne pas être en position de lancer un assaut immédiat sur Goma.

PLUS:pc