NOUVELLES
26/11/2012 05:41 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

Élections en Catalogne sur fond d'indépendance: un échec pour Artur Mas

BARCELONE, Espagne - Appelés aux urnes dimanche pour élire leur Parlement régional, sur fond d'appels de plus en plus pressants à l'indépendance, les électeurs catalans n'ont pas accordé la majorité absolue au président de région, Artur Mas. Son parti, la coalition nationaliste Convergencia i Unio (CiU), reste en tête, mais a perdu douze sièges au Parlement.

M. Mas a reconnu sa défaite lors d'une allocution à la télévision dimanche soir, après que sa coalition eut obtenu 50 sièges sur 135.

«J'ai essayé, pendant plusieurs semaines, de faire comprendre aux gens qu'il fallait un gouvernement très fort afin de mener à bien ce processus (d'autodétermination). Pour cela, j'ai demandé une majorité exceptionnelle. Une majorité exceptionnelle pour un processus exceptionnel. Mais c'est évident que nous n'avons pas atteint cette majorité exceptionnelle», a-t-il déclaré.

Pour la première fois, le parti de gauche indépendantiste Esquerra Republicana de Catalunya a obtenu la deuxième place, avec 21 sièges, devant le Parti socialiste catalan, qui a recueilli 20 sièges. Le Parti populaire du premier ministre espagnol Mariano Rajoy arrive en quatrième position, avec 19 sièges.

«Le vote est fragmenté, mais le message est clair», a noté Ferran Requejo, professeur de sciences politiques à l'université Pompeu Fabra de Barcelone. «Les deux tiers de l'électorat ont voté pour des partis qui sont en faveur d'un référendum sur l'autodétermination, mais M. Mas a été puni pour sa politique d'austérité.»

Un peu plus de 5,2 millions d'électeurs inscrits étaient appelés à désigner les 135 députés régionaux du Parlement catalan, situé à Barcelone. Artur Mas, le président de cette puissante région industrielle du nord-est de l'Espagne, à la forte identité culturelle et linguistique, a décidé d'instaurer un rapport de force avec le premier ministre conservateur de l'Espagne en convoquant des élections anticipées.

Pour M. Rajoy, la revendication d'indépendance est secondaire par rapport au vrai problème de l'Espagne, qui est de trouver une solution au chômage et au déficit. Et ces élections «l'ont bien montré», a estimé la secrétaire générale du Parti populaire, Maria Dolores de Cospedal, lors d'une conférence de presse dimanche soir.

«CiU a perdu 12 sièges, ce qui veut dire que sa situation a empiré par rapport aux élections précédentes, si on compare le nombre de sièges et le taux de popularité. (Ces élections) n'étaient nécessaires pour personne en plein milieu du mandat législatif. Les objectifs de M. Mas concernant ces élections se sont soldés par un échec», a-t-elle estimé. «La situation de ceux qui voulaient une Catalogne indépendante a empiré.»

Artur Mas avait fait valoir que la Catalogne assumait une part trop importante du budget de l'État central et que la situation pourrait s'améliorer en faisant de cette région un État indépendant au sein de l'Union européenne.

PLUS:pc