NOUVELLES
26/11/2012 01:20 EST | Actualisé 26/01/2013 05:12 EST

Cantona entend conduire les New York Cosmos vers les sommets

L'ancien international français et star de Manchester United Eric Cantona entend mener les New York Cosmos, dont il est le directeur sportif, vers les sommets.

Interrogé par la BBC, Cantona, 46 ans, souhaite non seulement mener le club au titre de champion de la Major League Soccer (MLS) mais encore en faire la base de l'équipe des Etats-Unis en vue des prochaines Coupes du monde.

"Notre ambition est d'avoir la meilleure équipe du pays, mais encore de fournir les joueurs à la sélection nationale pour que celle-ci remporte un jour la Coupe du monde", a déclaré le Français lors d'un entretien de 25 minutes posté sur le site bbc.co.uk.

Le quadruple champion d'Angleterre avec MU en cinq saisons passées sous les ordres du manageur Alex Ferguson, a affirmé qu'il ne souhaitait rien moins de faire du Cosmos "la meilleure équipe des Etats-Unis".

En sommeil depuis 1985, le club des New York Cosmos souhaite réintégrer le Championnat nord-américain (MLS) en 2013.

Cantona, arrivé en Angleterre en provenance de Marseille en 1992 après avoir un temps annoncé se retirer du football, a été sacré champion d'Angleterre avec Leeds (le dernier en titre du club). Puis, à la suite de l'aventure Manchester, il s'est retiré du football professionnel en 1997 après n'avoir pas été retenu en équipe de France pour le Mondial à domicile en 1998.

L'ancien joueur d'Auxerre est arrivé à New York en janvier dernier avec pour objectif de permettre à l'équipe de retrouver la MLS. Un club qui avait tenté d'imposer le "soccer" aux USA dans les années 70 avec des stars mythiques telles que Pelé ou Franz Beckenbauer.

Cantona n'a également pas manqué de saluer son mentor Alex Ferguson à Manchester, "L'un des meilleurs entraîneurs du monde de tous les temps".

Quant à l'équipe de France, Canto semble avoir tiré un trait définitif, préférant se concentrer "sur l'avenir": "J'ai joué 45 fois pour la France, avec deux maillots à chaque rencontre, cela en fait 90, je n'en ai gardé aucun".

"Nous sommes à New York avec de grands projets. Nous rêvons tous de gagner, de créer... C'est bien mieux".

bur/phz/bvo/el

PLUS:afp