L’attente tire à sa fin pour les inconditionnels de 19-2. C’est le lundi 28 janvier prochain, à 21h, que Nick Berrof (Réal Bossé), Ben Chartier (Claude Legault) et tous les autres policiers du poste 19 reprendront du service, au grand bonheur des téléspectateurs demeurés sur leur faim au terme de la première saison, diffusée sur les ondes de Radio-Canada à l’hiver 2011.

Les journalistes étaient invités, lundi, à assister au tournage d’une scène du huitième épisode de ce second tour de piste, qui comptera 10 heures au total. Pour les besoins de la production, on a recréé, dans un grand local de la rue Bellechasse, dans le quartier Rosemont, à Montréal, le bar Chez Marie-Louise, où nos héros aiment bien aller décompresser en piquant un brin de jasette avec la propriétaire des lieux (Louise Portal).

Dans le segment enregistré devant les médias, tous les personnages étaient attablés et célébraient – sans alcool - le retour de Tyler Joseph (Benz Antoine), tout juste sorti d’une cure de désintoxication. Même si l’atmosphère semblait propice à la fête, la tension était palpable entre quelques-uns des protagonistes. Nick et Bérangère (Véronique Beaudet), entre autres, paraissaient particulièrement préoccupés.

Difficile, toutefois, d’en dévoiler davantage sur le contexte de l’extrait et sur les autres intrigues à venir. Protégeant jalousement le suspense qu’ils souhaitent entretenir tout au long de la série (on espère étaler l’histoire sur d’autres saisons), les créateurs ont refusé de lever le voile sur les démons qui tourmenteront cette année nos fragiles justiciers. Rappelons que la fiction est écrite par Danielle Dansereau et Martin Forget, en collaboration avec Réal Bossé et Claude Legault. C’est encore une fois le réalisateur Podz qui officie derrière les caméras.

On sait par contre que l’action reprendra trois mois après les derniers événements. Alors que Nick refuse obstinément de signer les papiers de divorce que lui tend son ex-femme, Isabelle (Julie Perreault), et que le fils du couple, Théo (Robert Naylor), souffre de voir ses parents ainsi déchirés, Ben tente tant bien que mal d’aider sa conjointe, Catherine (Fanny Mallette) à s’adapter à sa nouvelle vie en ville. Les amoureux aimeraient avoir un enfant dans un avenir rapproché, mais le spectre d’Amélie (Magalie Lépine-Blondeau) hante encore l’esprit et le cœur de Ben. Une nouvelle policière, Valérie (Marie-Évelyne Lessard) pourrait par ailleurs venir changer la dynamique au poste. On en apprendra aussi un peu plus, au fil des semaines, sur la mystérieuse taupe qui écoule des informations au crime organisé.

Nick et Ben, toujours opposés

En toile de fond, le public continuera de constater les mésententes qui perdurent entre Nick et Ben, ces deux écorchés vifs dont les vies compliquées et le lourd passé teintent les activités professionnelles.

« Rien ne peut unir ces deux gars-là dans la vie, mais ce sont deux bons flics, a expliqué Claude Legault. C’est la meilleure équipe de policiers qu’on peut avoir. »

« Ils ne sont pas faits pour être dans la même voiture. Ils ont des points de vue différents dans certains cas, mais dans le travail, ils arrivent à trouver un terrain d’entente », a renchéri Réal Bossé.

« Cette année, on creusera davantage dans des terrains déjà établis, a précisé Podz. Lorsqu’on les a laissés, tous les deux, ils se comprenaient dans leur douleur. Dans la deuxième saison, ils vont apprendre à composer avec ça. »

Visiblement admiratifs du boulot accompli par les forces de l’ordre, eux qui ont accompagné de véritables agents lors de tournées de patrouille pour se préparer à jouer leurs rôles, Claude Legault et Réal Bossé ont réitéré leur fascination pour le travail colossal accompli par les gardiens de la paix, en se référant notamment aux turbulences qui ont secoué le Québec au printemps dernier (et dont il ne sera d’ailleurs pas question dans 19-2).

« Un policier, en 10 secondes, peut devenir un héros ou un zéro et faire les manchettes le lendemain. Ils vivent des choses qui marquent à vie et ils sont blindés. Dans le cas de la crise étudiante, c’était très compliqué. Disons que certains s’en sont donnés à cœur joie des deux côtés », a illustré Claude Legault.

« C’est vraiment une job de merde, a pour sa part martelé sans gêne Réal Bossé. Les flics sont payés pour exécuter des ordres. S’ils n’appliquent pas les ordres, ils sont finis. »

Le tournage du deuxième volet de 19-2 s’est amorcé le 14 août dernier et se terminera le 20 décembre prochain, pour une somme de 68 jours de tournage. Radio-Canada rediffusera la première saison, qui avait attiré un auditoire de 1 387 100 téléspectateurs, à compter du 23 décembre prochain. Deux épisodes à la fois seront présentés le dimanche, à 22h40, jusqu’au 20 janvier.