NOUVELLES
25/11/2012 11:13 EST | Actualisé 25/01/2013 05:12 EST

Tournées - Renaissance française, progrès polynésiens, psychodrame écossais

Les tournées de novembre ont été marquées par la bonne santé du XV de France, seule nation de l'hémisphère Nord à avoir réalisé un sans-faute, les nets progrès des îles Samoa et des îles Tonga et le déclin confirmé de l'Ecosse qui a perdu en route son entraîneur, Andy Robinson.

Deux matches sont encore au programme samedi prochain en clôture de la séquence internationale: l'Angleterre reçoit la Nouvelle-Zélande à Twickenham et le pays de Galles accueille l'Australie au Millennium Stadium de Cardiff.

Derrière les champions du monde néo-zélandais, jusqu'ici auteurs d'un sans-faute en Ecosse (51-22), en Italie (42-10) et au pays de Galles (33-10), la plus belle performance est à mettre au crédit du XV de France, qui a battu deux nations majeures de l'hémisphère Sud (Australie 33-6 et Argentine 39-22) avant de confirmer face aux îles Samoa (22-14).

La France, qui a supplanté l'Angleterre pour la quatrième et dernière place de tête de série en vue du tirage au sort des poules du Mondial-2015 le 3 décembre à Londres, est la seule nation de l'hémisphère Nord à avoir terminé cette tournée invaincue.

Hormis les Français, seuls les Irlandais ont réussi à battre une grande nation du Sud, l'Argentine samedi à Dublin (46-24). Pour l'heure, l'Angleterre a dû se contenter d'un succès face aux modestes îles Fidji (54-12) et a échoué à contrecarrer les plan de l'Australie (20-14) et de l'Afrique du Sud (16-15).

L'autre grand enseignement de cette séquence automnale réside dans les progrès accomplis par deux nations du deuxième tiers mondial, les îles Samoa et les îles Tonga.

Les Samoans se sont offert une victoire de prestige au pays de Galles (26-19) avant de poser de grandes difficultés au XV de France et se retrouvent ainsi pour la première fois dans le deuxième chapeau mondial (8e) en vue du tirage au sort. Les îles Tonga, de leur côté, ont créé la sensation du week-end en allant s'imposer en Ecosse (21-15), un an après leur victoire face au XV de France dans le Mondial-2011.

Comparé à ses deux voisins du Pacifique, les Fidji font figure de parents pauvres. Balayés en Angleterre et par une sélection irlandaise, l'archipel s'est par ailleurs retrouvé au centre d'une polémique sur la non-sélection de certains de ses meilleurs joueurs évoluant en club dans les riches championnats français et anglais.

Ces tournées ont par ailleurs confirmé les difficultés du pays de Galles et le déclin de l'Ecosse.

Auteurs du Grand Chelem dans le Tournoi des six nations au printemps, les Gallois ont depuis subi six revers consécutifs. Aux trois défaites récoltées en juin en Australie sont venues s'ajouter deux encombrants revers à domicile face à l'Argentine (26-12) et aux îles Samoa (26-19) avant celui, plus prévisible, face aux All Blacks.

La pression est sur les épaules de l'entraîneur du XV du Poireau, le Néo-Zélandais Warren Gatland, seulement rentré cette semaine au pays de Galles après une longue convalescence dans sa Nouvelle-Zélande natale et critiqué pour cette longue absence mise à profit de la sélection des Lions Britanniques et Irlandais, qu'il dirigera en Australie en juin prochain.

Son homologue de l'Ecosse, l'Anglais Andy Robinson, n'a pas survécu à l'humiliante défaite du XV du Chardon samedi face aux îles Tonga. Sa démission a été officialisée dimanche. Sous sa direction, l'Ecosse a perdu 19 de ses 35 matches, avec une embellie passagère en juin dans l'hémisphère Sud. Le nom du Sud-Africain Nick Mallett, déjà évoqué pour le XV de la Rose avant la nomination de Stuart Lancaster, circule pour le remplacer.

bpa/sva/jcp

PLUS:afp