NOUVELLES

Trois partielles fédérales lundi, dont une dans la circonscription de Bev Oda

25/11/2012 10:29 EST | Actualisé 25/01/2013 05:12 EST
CP

OTTAWA - D'ici à ce que la poussière retombe lundi soir, beaucoup plus de bruit et d'énergie auront été produits à propos de trois élections partielles fédérales qu'elles ne le mériteraient normalement.

Ce qui pourrait être un tremblement de terre électoral, mettant au jour de nouvelles lignes de faille dans le paysage politique fédéral, risque d'être bien peu fracassant, alors que les trois nouveaux députés vont sans doute porter les mêmes couleurs que les anciens détenteurs de leurs sièges respectifs.

Malgré tout, les élections partielles de Calgary Centre, Durham (Ontario) et Victoria auront été l'occasion de tester les tactiques en vue des élections générales d'octobre 2015.

Si l'on en juge par le battage entourant ces trois scrutins, la campagne de 2015 offrira tout un spectacle. Les conservateurs ont observé le dur choc encaissé par les libéraux la semaine dernière, lorsqu'une controversée entrevue accordée en 2010 par Justin Trudeau, le candidat à la chefferie du parti, a refait surface.

Alors que Joan Crockatt, la favorite de l'establishment conservateur à Calgary-Centre, affrontait une menace électorale inattendue de la part du candidat libéral Harvey Locke, les commentaires de M. Trudeau sur les Albertains à Ottawa sont apparus comme un cadeau des cieux.

Si le site d'analyse politique ThreeHundredAndEight.com a indiqué que les conservateurs étaient virtuellement assurés de l'emporter en Alberta, la férocité de la réplique conservatrice après la gaffe de M. Trudeau illustre bien le sérieux de la menace représentée par ce fils du célèbre premier ministre, et son potentiel pour rassembler le vote anti-Crockatt à Calgary-Centre.

Le chef libéral intérimaire Bob Rae a refusé de sanctionner le jeune député, accusant plutôt les conservateurs d'avoir coulé la controversée entrevue au réseau Sun News.

Les néo-démocrates espèrent quant à eux que l'effet du chef Thomas Mulcair jouera à Calgary-Centre.

Lors du dernier scrutin, le conservateur Lee Richardson avait obtenu 57,68 pour cent des voix. Sa majorité s'élevait à 19 770 votes.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s'attend également à ce que le candidat Murray Rankin conserve le siège de la néo-démocrate Denise Savoie à Victoria, mais les libéraux, les verts et les conservateurs ont tous mené d'âpres campagnes tournant autour d'une usine de traitement d'eaux usées évaluée à 783 millions $.

La chef du Parti vert, Elizabeth May, est d'ailleurs députée de la circonscription voisine, et alors qu'un redécoupage de la carte électorale est imminent, Victoria sera de nouveau ciblée en 2015, en les résultats de lundi seront examinés scrupuleusement.

Mme Savoie l'avait emporté en 2011 par plus de 16 000 votes.

Durham, la circonscription du centre de l'Ontario détenue par l'ancienne ministre conservatrice Bev Oda, qui a démissionné après une série de controverses, devrait demeurer dans le giron conservateur. Les sondages portent en effet à croire que la candidate Erin O'Toole dispose d'une bonne avance, mais le candidat néo-démocrate Larry O'Connor, un ancien député provincial et un maire de la région, argue que le NPD est l'option pour les électeurs déçus. Si cela s'avère vrai, la traditionnelle division entre libéraux et conservateurs sera chose du passé.

Aux dernières élections, M. Oda avait facilement enlevé le comté, obtenant 54,55 pour cent des suffrages et devançant sa plus proche rivale, la néo-démocrate Tammy Schoep, par 19 460 votes.