NOUVELLES
24/11/2012 11:02 EST | Actualisé 24/01/2013 05:12 EST

Sierra Leone: l'opposition dénonce la dernière élection présidentielle

FREETOWN, Sierra Leone - Le principal parti d'opposition du Sierra Leone a émis samedi une déclaration affirmant qu'il avait «noté à son grand désarroi» les résultats électoraux récemment annoncés par la commission électorale nationale. Ceux-ci donnent gagnant le président sortant Ernest Bai Koroma.

Le Parti du peuple du Sierra Leone (SLPP), a ajouté que ses membres envisageaient de se rencontrer pour discuter d'un éventuel appel, un geste qui pourrait déstabiliser cette nation se remettant de l'une des plus brutales guerres civiles africaines. Le scrutin du 17 novembre est le troisième seulement depuis la fin de la guerre civile longue de 11 ans, et l'acceptation des résultats par l'opposition est considérée comme essentielle pour maintenir la cohésion nationale.

M. Koroma a été assermenté pour un deuxième mandat vendredi soir, après que des résultats provisoires publiés par la Commission électorale eurent démontré qu'il avait recueilli 58,7 pour cent des voix. Le candidat du SLPP, le général à la retraite Julius Maada Bio, est arrivé en deuxième place avec 37,4 pour cent.

Dans la déclaration publiée samedi, le SLPP a indiqué avoir documenté des «irrégularités systématiques et répandues, des mauvaises pratiques et des injustices survenues le jour de l'élection», et qui minent la crédibilité des résultats. La déclaration indique également que si des actions pour régler ce problème ne sont pas adoptées par la commission, le parti serait forcé de ne pas accepter les résultats de l'élection.

Le SLPP a annoncé une réunion d'urgence pour mardi, afin de déterminer la marche à suivre. Entre temps, le parti a demandé à ses partisans de demeurer calmes et de ne pas céder à la violence.

La guerre civile du Sierra Leone, qui a pris fin en 2002, a été présentée sous une forme cinématographique dans le film «Blood Diamond», mettant en vedette Leonardo Di Caprio. Les rebelles se sont financés en pillant les richesses diamantaires du pays. Ils ont laissé derrière eux un pays qui regroupe entre autres plusieurs équipes de joueurs de soccer amputés, le résultat d'une politique d'amputation des mains des victimes, y compris des enfants et des bébés.

À Washington, Victoria Nuland, porte-parole du département d'État américain, a indiqué par voie de communiqué que «toute réclamation liée à l'élection doit être traitée en vertu du système judiciaire du Sierra Leone, en respect du droit». Mme Nuland a également pressé tous les leaders de partis d'éviter des actions incitant à la violence ou des actes de vengeance.

PLUS:pc