NOUVELLES
24/11/2012 10:39 EST | Actualisé 24/01/2013 05:12 EST

Des policiers non armés du Hamas se déploient à la frontière Gaza/Israël

Des policiers non armés du Hamas se sont déployés à la frontière entre Gaza et Israël pour éviter des incidents qui compromettraient la trêve, ont indiqué des sources concordantes samedi, au lendemain de tirs israéliens sur des Palestiniens dans ce secteur.

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a par ailleurs été informé par l'Egypte qu'Israël autoriserait les pêcheurs palestiniens à pêcher deux fois plus loin que jusqu'à présent, selon un communiqué de son bureau.

Les forces de sécurité "se sont déployées le long de la frontière de la bande de Gaza pour préserver l'application de la trêve", a déclaré à l'AFP Islam Chahwane, un porte-parole du ministère de l'Intérieur du gouvernement du Hamas.

"Des policiers se sont rendus vendredi soir à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, afin de protéger la vie des citoyens victimes de l'agression israélienne", a-t-il ajouté, en référence aux tirs vendredi sur des habitants du village de Khouzaa à la frontière, qui avaient fait un mort et 19 blessés palestiniens.

Le Hamas avait dénoncé "une première violation israélienne de la trêve" entrée en vigueur mercredi soir, précisant qu'il en saisirait l'Egypte, médiateur de l'accord.

A la suite de ces violences, des policiers non armés du Hamas se sont déployés dans la zone frontalière pour en interdire l'approche, en liaison avec l'Egypte, sans risquer de tirs israéliens, pour la première fois depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en 2007, selon une source proche du dossier.

"Israël a demandé à l'Egypte d'intervenir pour maintenir des dizaines de Palestiniens à distance de la frontière, par crainte de dérapages. En liaison avec l'Egypte, des membres de la police de Gaza sont venus pour éloigner les agriculteurs palestiniens", a-t-on indiqué.

Sollicitée par l'AFP, l'armée israélienne a, par la voix d'un porte-parole, dit être au courant du déploiement de policiers du Hamas à la frontière avec Israël.

Dans son communiqué, le bureau de M. Haniyeh précise que celui-ci a été informé par le chef des services de renseignements égyptiens d'une "réunion lundi de la partie égyptienne avec la partie israélienne pour discuter de questions relatives à la trêve, y compris la zone frontalière".

"Le Premier ministre a reçu un appel téléphonique du ministre des Renseignements égyptiens, le général Rafat Chahata, qui l'a informé que dans le cadre de l'accord de trêve les pêcheurs seraient autorisés à aller jusqu'à 6 milles nautiques au lieu de 3" (environ 11 km au lieu de 5,5), selon le texte.

L'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat sur cette dernière question.

Le chef du gouvernement du Hamas a appelé jeudi à respecter le cessez-le-feu, conclu après huit jours d'hostilités qui ont coûté la vie à 166 Palestiniens, en majorité des civils, dont au moins 43 enfants et 13 femmes, et à six Israéliens, quatre civils et deux soldats. M. Haniyeh a également exhorté les services de sécurité à y veiller.

L'accord prévoit notamment "l'arrêt par les mouvements palestiniens de toutes les attaques à la frontière" et que les deux parties "s'abstiennent de viser les habitants de la zone frontalière".

Israël a décrété une "zone tampon" d'au moins 300 mètres dans la bande de Gaza, le long de la frontière, dont il interdit l'accès aux Palestiniens sous peine d'ouvrir le feu. Il impose en outre un blocus maritime autour de Gaza et limite la zone de pêche pour les Palestiniens à trois milles nautiques.

az-sst/gde-jjm/feb

PLUS:afp