NOUVELLES

Le pétrole soutenu à New York par l'espoir d'une amélioration en Europe

23/11/2012 01:56 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Les cours du pétrole ont clôturé en hausse vendredi à New York, les investisseurs pariant sur une amélioration de la situation économique en Europe et profitant de la baisse du dollar.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier a gagné 90 cents à 88,28 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les volumes sont restés faibles sur la place new-yorkaise, qui était fermée jeudi pour la célébration de Thanksgiving et qui a ouvert pour une séance physique écourtée d'une heure ce vendredi.

Dans ce contexte, "l'affaiblissement du dollar face à l'euro" a soutenu les cours de l'ensemble des matières premières, et donc du pétrole, a remarqué Bart Melek, de TD Securities.

Cette baisse de la devise américaine rend en effet plus attractifs les achats de brut libellés dans le billet vert pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les courtiers ont aussi réagi à "la surprise positive venue d'Allemagne", où l'indice de confiance des entrepreneurs Ifo a rebondi en novembre, contrairement aux prévisions des analystes, a remarqué l'analyste.

"Alors que nombre d'observateurs s'attendaient à un revirement de l'économie européenne vers un ralentissement plus prononcé, cela tend à montrer que ce n'est pas le cas" a souligné M. Melek.

Les investisseurs estiment par ailleurs qu'un accord sur la Grèce "pourrait être trouvé dans un futur proche", a-il ajouté.

Les ministres des Finances de la zone euro se réunissent lundi pour tenter de trouver une entente sur le déblocage d'une aide financière à la Grèce, gelée depuis des mois. La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont tous deux exprimé vendredi leur espoir de voir un accord se dessiner lors de cette rencontre.

De plus, alors que la trêve entrée en vigueur mercredi soir entre le Hamas palestinien au pouvoir à Gaza et Israël était toujours respectée, le marché restait sur ses gardes car "les opérateurs restent sceptiques sur le maintien de cette trêve", a noté Robert Yawger, de Mizuho Securities. "Personne ne veut vendre massivement au cas où il se passe quelque chose."

jum/ppa/rap

PLUS:afp