NOUVELLES

Assad reçoit le chef du Parlement iranien Ali Larijani à Damas (TV)

23/11/2012 06:19 EST | Actualisé 23/01/2013 05:12 EST

Le président syrien Bachar al-Assad a reçu vendredi à Damas le chef du Parlement iranien Ali Larijani, dont le pays est un grand allié du régime syrien, a rapporté la télévision d'Etat.

M. Larijani a entamé à Damas une tournée régionale destinée à chercher une issue au conflit syrien qui a fait en 20 mois plus de 40.000 morts selon une ONG syrienne. Il doit ensuite se rendre au Liban et en Turquie.

A Damas, le responsable iranien s'en est pris sans les nommer au Qatar et à l'Arabie Saoudite, principaux soutiens et bailleurs de fonds de l'opposition.

"La Syrie joue un rôle important dans le soutien à la Résistance mais certains dans la région veulent mener des actions aventuristes pour causer des problèmes à la Syrie", a-t-il dit aux journalistes.

"Mais, a-t-il ajouté, l'Iran apprécie toujours le rôle d'avant-garde joué par la Syrie dans le soutien à la Résistance", terme qui définit l'opposition à Israël et aux Etats-Unis.

Damas et ses principaux alliés, l'Iran et la Russie, accusent certains pays occidentaux et arabes, ainsi que la Turquie, de fournir des armes aux groupes rebelles qui combattent le régime du président Bachar al-Assad.

M. Larijani a insisté sur la nécessité de mettre en place des "réformes démocratiques" via un "dialogue politique", auquel Damas et ses alliés appellent de façon insistante, l'opposition refusant de son côté catégoriquement toute négociation avant un départ de M. Assad.

Avant de quitter Téhéran, M. Larijani avait estimé que "certains groupes (d'opposition, ndlr), au nom de réformes, mènent des actions aventuristes et cherchent à perturber la situation politique en Syrie mais ils n'ont pas réussi à le faire".

"Nous soutenons la démocratie et la réforme en Syrie mais nous nous opposons à toute action aventuriste", avait-il ajouté, selon des propos rapportés par l'agence iranienne Mehr.

Il s'est entretenu, avant de rencontrer le chef d'Etat, avec le président du Parlement syrien, Jihad al-Laham et a reçu à l'ambassade d'Iran des représentants de plusieurs factions palestiniennes, notamment le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) d'Ahmad Jibril, un allié de Damas.

Anwar Raja, porte-parole du FPLP-CG a affirmé que le responsable iranien avait "réaffirmé le soutien de l'Iran à la Résistance".

Il a ajouté que M. Jibril avait de son côté souligné "la nécessité de soutenir les factions de la résistance face à l'agression sioniste, qui peut recommencer à tout moment", faisant allusion au cessez-le-feu entré en vigueur mercredi à Gaza après une semaine d'hostilités entre Israël et le Hamas qui avaient coûté la vie à 163 Palestiniens et à six Israéliens.

Il a souligné "l'importance de faire fructifier la victoire à Gaza et de poursuivre la Résistance", ajoutant que "les Arabes doivent être du côté de ceux qui soutiennent la résistance".

rim-kam/sbh/sk/feb

PLUS:afp