Le gouvernement du Parti québécois a perdu la guerre de drapeaux. La formation de Pauline Marois n'a pas réussi à convaincre la Coalition avenir Québec (CAQ) de voter en faveur du retrait du drapeau du Canada au salon rouge de l'Assemblée nationale.

Le gouvernement Marois, qui est minoritaire, espérait pouvoir rallier la formation de François Legault à son projet, mais le whip du parti, Daniel Ratthé, lui a communiqué son refus.

La semaine dernière, le whip en chef du gouvernement, Yves François Blanchet, avait écrit au président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, pour lui demander le retrait du drapeau canadien de la salle du conseil législatif - le salon rouge - où se tiennent des commissions parlementaires et des événements protocolaires. Il s'agit du seul endroit du parlement où l'on retrouve l'unifolié canadien.

Après que les libéraux lui eurent écrit pour réclamer son maintien, le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, avait annoncé qu'à défaut d'une entente, la question serait soumise à la Chambre.

La CAQ avait jugé que ce débat n'est pas une priorité. Lors d'un point de presse, M. Blanchet avait indiqué qu'il misait sur des divisions au sein du caucus caquiste.

Les gouvernements péquistes précédents avaient déjà retiré l'unifolié à leur arrivée au pouvoir.