NOUVELLES

Un documentaire sur les méga-tempêtes évoque la vulnérabilité les îles-barrière

22/11/2012 04:31 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

PHILADELPHIE - Dans le documentaire «Shored Up», des scientifiques préviennent qu'avec la hausse du niveau de la mer, l'arrivée d'une importante tempête pourrait submerger les îles-barrière du New Jersey et créer des ondes de tempête dévastatrices.

En d'autres mots, c'est ce qui s'est produit le mois dernier lors du passage de la méga-tempête Sandy au New Jersey et à New York.

Pour Ben Kalina, le cinéaste de Philadelphie qui avait presque mis la touche finale à son film lorsque la tempête s'est présentée, cela signifiait que les idées discutées dans son documentaire qui aurait pu avoir l'air extrêmes — ou au moins, avoir semblé possibles dans un avenir lointain — étaient soudainement d'actualité.

«Avant Sandy, nous préparions un film sur quelque chose de plus méditatif, vraiment», observe M. Kalina. «Et maintenant les enjeux sont soudainement bien plus réels.»

Mais cela voulait aussi dire que le réalisateur et son équipe devraient prolonger leur tournage et retourner sur des sites déjà visités — dont certains qui ont été lessivés par Sandy.

Cela repoussait en outre la fin de son travail sur ce film, qu'il prépare déjà depuis trois ans. M. Kalina prévoit maintenant terminer son long métrage en janvier. C'est une réalisation indépendante qui, espère-t-il, sera diffusée à la télévision. Il aimerait aussi qu'elle soit projetée en salle, particulièrement dans les endroits qui apparaissent dans le film, comme Long Beach Island, au New Jersey.

M. Kalina, âgé de 36 ans, n'est pas un scientifique, mais il est fasciné par la transmission des histoires du monde scientifique dans le contexte de leurs implications culturelles et politiques. Il a notamment déjà travaillé sur «A Sea Change», sur l'état des océans du monde, et sur «After the Cap», qui s'est intéressé au déversement de pétrole dans le golfe du Mexique en 2010.

Il a commencé à s'intéresser à l'état des îles-barrière après avoir lu un article sur l'opposition de surfeurs à des projets de reconstitution des plages de la côte du New Jersey.

Puis, l'affaire a pris de l'ampleur et son projet a commencé à examiner la façon dont les régions côtières sont développées et protégées avec des jetées et des projets de reconstitutions de plages.

Plus les structures construites sur les îles-barrière sont nombreuses, plus les mesures de protection sont importantes, a observé M. Kalina.

«Une fois qu'on décide de s'installer sur des endroits qui sont aussi chargés, toutes les décisions qui sont prises ont des conséquences, puis d'autres conséquences», explique-t-il.

Les solutions peuvent être coûteuses, et pas toujours durables, poursuit-il. «Les reconstitutions de plages ne vont pas tout sauver. Elles donnent un sentiment de sécurité, mais c'est un faux sentiment de sécurité, en bout de ligne.»

Le film a recours à l'animation, à des entretiens avec des scientifiques, à des enregistrements de tempêtes passées et à certains débats politiques pour mettre en scène son histoire.

Selon le cinéaste, le moment idéal pour régler questions liées au développement des côtes serait avant une tempête majeure, et non après. L'ironie, c'est que rien n'attire autant l'attention sur le sujet qu'une tempête.

«C'est une période pendant laquelle les gens ont pu être témoin de la force destructrice de la nature», estime-t-il. «Il y a peu de fenêtres semblables.»

Puis, ce malheureux phénomène pourrait aussi profiter à son film. Avant la tempête, lorsqu'il expliquait son projet à ses proches, M. Kalina devait souvent expliquer ce qu'est une île-barrière.

Maintenant, pratiquement tout le monde le sait.

PLUS:pc