NOUVELLES

Les rebelles FARC libèrent quatre travailleurs chinois capturés en 2011

22/11/2012 09:30 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

BOGOTA - Quatre travailleurs de l'industrie pétrolière chinois ont été libérés par le groupe rebelle le plus important en Colombie, jeudi, 17 mois après avoir été enlevés. L'ambassadeur de la Chine a affirmé qu'aucune rançon n'a été payée pour la libération des hommes.

Les quatre Chinois, trois entrepreneurs et un interprète, étaient les seuls étrangers connus toujours détenus en otage par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Ils ont été remis à la Croix-Rouge mercredi vers minuit, trois jours après le début de négociations de paix entre les FARC et le gouvernement colombien à Cuba. Ces discussions étaient conditionnelles à la fin des enlèvements par les FARC visant l'extorsion. Le ministre colombien de la Défense a dit que les FARC étaient des «menteurs et des traîtres» puisqu'ils avaient déclaré en septembre qu'ils ne détenaient plus de prisonniers en otage.

Les rebelles ont annoncé en février qu'ils mettaient fin à tout enlèvement et qu'ils insistaient sur le fait qu'ils ne détenaient plus personne, incluant des «prisonniers politiques» ou des otages «économiques».

Quand on lui demandé si une rançon avait été payée pour la libération des hommes, l'ambassadeur chinois Wang Xiaoyuan a indiqué aux journalistes qu'il n'y avait pas eu de demande de rançon et que personne n'avait revendiqué l'enlèvement.

Il n'a pas expliqué comment les hommes avaient été libérés, mais la Croix-Rouge a noté qu'ils semblaient être en bonne santé.

PLUS:pc