NOUVELLES

L'Egypte depuis l'élection de Mohamed Morsi

22/11/2012 12:52 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

Principaux développements en Egypte depuis l'élection du président islamiste Mohamed Morsi.

--MAI 2012--

- 23-24: Les Egyptiens se rendent aux urnes pour élire un nouveau président, quinze mois après la chute d'Hosni Moubarak sous la pression de la rue.

--JUIN--

- 14: La Haute cour constitutionnelle (HCC) déclare "illégal" le Parlement dominé par les islamistes, en raison d'un vice dans la loi électorale. Les Frères musulmans parlent d'un "coup d'Etat" orchestré par l'armée.

- 16-17: Second tour de la présidentielle, qui met aux prises le candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, et Ahmad Chafiq, considéré comme le candidat de l'armée.

- 17: Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute de Moubarak en février 2011, s'attribue le pouvoir législatif jusqu'à l'élection d'un nouveau Parlement.

- 30: M. Morsi, déclaré vainqueur (51,73%), devient le premier président d'Egypte à ne pas être issu des rangs de l'armée.

--JUILLET--

- 8: M. Morsi ordonne de rétablir le Parlement. Le 10, la HCC contre-attaque en suspendant le rétablissement du Parlement.

- 24: Hicham Qandil est désigné Premier ministre. Le 2 août, il présente son gouvernement, dont la composition reflète un délicat dosage entre indépendants, islamistes et personnalités du cabinet sortant nommé par les militaires.

--AOUT--

- 5: Seize gardes-frontières égyptiens sont tués près de la frontière avec Israël par un commando. Le 7 août, l'armée lance "l'opération Sinaï", son plus vaste déploiement dans la péninsule depuis 1982.

- 12: M. Morsi écarte le ministre de la Défense et chef de l'armée, le maréchal Hussein Tantaoui, et annule les larges prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires. Il s'attribue le pouvoir législatif et nomme un vice-président, Mahmoud Mekki.

--OCTOBRE--

- 13: Le procureur général Abdel Meguid Mahmoud est maintenu à son poste, après une rencontre avec M. Morsi qui avait tenté de le limoger.

La veille, plus de 120 personnes ont été blessées dans des heurts entre partisans et adversaires du président sur fond de crise entre l'exécutif et la justice.

--NOVEMBRE--

- 21: Barack Obama appelle M. Morsi pour le remercier de son rôle dans l'élaboration d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

- 22: M. Morsi place par décret ses décisions à l'abri de tout recours en justice et décide qu'aucune instance judiciaire ne peut dissoudre la commission chargée de rédiger la future Constitution, une instance cible de nombreuses critiques de la part des libéraux et laïques qui l'accusent d'être dominée par les islamistes. Il limoge le procureur général.

- 23: Des opposants entament un sit-in sur la place Tahrir au Caire.

- 26: Après une rencontre avec la hiérarchie judiciaire, M. Morsi maintient le décret du 22 malgré les critiques de la justice et plusieurs jours de troubles.

- 27: Des dizaines de milliers d'Egyptiens se rassemblent place Tahrir contre le président, la plus forte mobilisation depuis son élection.

- 28: La Cour de cassation suspend ses travaux jusqu'à l'annulation du décret et la Haute cour constitutionnelle juge injustifiées les accusations de partialité de M. Morsi à son encontre. Le projet de Constitution doit être achevé mercredi, annonce la commission chargée de rédiger le texte. Selon l'agence Mena, celui-ci doit être soumis au vote jeudi matin avant un référendum.

Opposants et forces anti-émeutes continuent de s'affronter au Caire. Au total, trois morts et des dizaines de blessés depuis le début des troubles.

acm/bc/hj

PLUS:afp