NOUVELLES

Le Soudan annonce avoir déjoué un complot, de hauts responsables arrêtés

22/11/2012 08:34 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

De hauts responsables de la sécurité, dont l'ex chef des services secrets, ont été arrêtés jeudi au Soudan après que les services de renseignement eurent annoncé avoir déjoué un complot contre la sécurité, parlant de l'implication de membres de l'armée et l'opposition.

Mais un porte-parole de l'alliance des partis de l'opposition a nié tout lien ou tentative de provoquer un changement politique par la violence dans un pays qui a subi sept coups d'Etat depuis son indépendance il y a 56 ans.

"Les services de sécurité et du renseignement ont déjoué tôt jeudi matin un complot visant la sécurité" de l'Etat, a déclaré le Centre des médias soudanais, proche de l'appareil de sécurité, citant une source non identifiée.

"Ce complot est dirigé par des dirigeants de partis d'opposition", a-t-il ajouté, précisant que les autorités enquêtaient sur l'implication de personnels militaires et civils.

Plus tard, le ministre de l'Information Ahmed Bilal Osmane a annoncé l'arrestation de 13 personnes dans le cadre de cette affaire.

"La plus connue est le général à la retraite Salah Gosh", qui était à la tête des services de renseignements jusqu'en 2009, a-t-il indiqué.

Un haut responsable du parti au pouvoir Rabbie Abdelatti Ebaid avait dit de son côté à l'AFP que Salah Gosh était interrogé sur ce complot.

Figurent également parmi les personnes arrêtées le général Adil Al-Tayeb, du Service de sécurité et de renseignement national, et le brigadier général Mohammed Ibrahim, des Forces armées soudanaises, a ajouté le ministre.

M. Osmane a indiqué que des civils avaient également été arrêtés dans le cadre de ce "complot" contre la stabilité de l'Etat, planifié initialement pour le 15 novembre et qui selon lui devait être finalement exécuté ce jeudi.

"Les autorités ont décidé de les arrêter avant qu'ils ne l'exécutent", a ajouté le ministre.

Salah Gosh avait dirigé les services de renseignement dans les années 1990 avant d'être remplacé par son adjoint, le général Mohamed Atta al-Moula, en 2009.

Il était alors devenu conseiller du président Omar el-Béchir sur les questions de sécurité avant son limogeage l'an dernier. Il poussait pour un dialogue avec l'opposition politique.

Un porte-parole de la coalition des partis de l'opposition, Farouk Abou Issa, a rejeté tout lien avec ce "complot".

"Nous avons eu écho de cela et je pense que c'est faux. Nous sommes pour un changement démocratique et pacifique du pouvoir", à travers les grèves et les manifestations, a dit M. Abou Issa à l'AFP. "Le gouvernement sait bien cela".

Dans la nuit, un témoin avait indiqué à l'AFP avoir vu des chars et des véhicules de transport de troupes circulant dans la capitale.

"Vers 02h00 (23h00 GMT) alors que je me trouvais sur l'avenue Obeid Khatim, j'ai vu des chars et des blindés transportant des militaires et de l'équipement venant du sud et se rendant au centre-ville", avait-il indiqué sous le couvert de l'anonymat.

L'avenue Obeid Khatim est un grand axe reliant les aéroports militaire et civil de Khartoum aux bâtiments gouvernementaux dans le centre-ville.

Jeudi matin, il n'y avait aucun signe de mobilisation militaire à Khartoum.

Les islamistes sont au pouvoir depuis un coup d'Etat mené par Omar el-Béchir en 1989. Une frange réformiste estime que le régime s'est éloigné de ses fondations religieuses et appelle notamment à combattre la corruption.

En juin et juillet, des manifestations menées par des jeunes pour protester contre une haute inflation avaient appelé au départ du régime de Omar el-Béchir, comme l'ont fait les manifestants dans les pays du Printemps arabe. Elles n'ont toutefois pas duré en raison d'une vaste campagne d'arrestations.

"Ils ont peur d'un soulèvement populaire", estime M. Abou Issa, soulignant que le gouvernement venait d'augmenter le prix du sucre, un produit de base au Soudan où l'inflation dépasse les 40%.

"Il y aussi des différends entre les diverses factions" du pouvoir, a-t-il ajouté.

str-it/feb/vl

PLUS:afp