NOUVELLES

Le salon Auto Guangzhou ouvre ses portes dans le sud de la Chine

22/11/2012 10:05 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

GUANGZHOU, Chine - Les constructeurs automobiles de la planète et leurs rivaux chinois ont mis en valeur leurs nouveaux modèles jeudi lors de l'ouverture du salon Auto Guangzhou, une ville du sud de la Chine où les constructeurs japonais ont longtemps régné avant d'être frappés de plein fouet par les tensions politiques entre Pékin et Tokyo.

Nissan, Toyota et Honda comptaient parmi les dizaines de constructeurs qui présentaient leurs nouvelles voitures au salon, le premier événement de marketing d'envergure depuis que les relations entre les deux pays ont commencé à se détériorer en septembre. Les consommateurs chinois boudent plusieurs produits japonais, notamment les voitures, depuis que les deux pays se querellent au sujet d'un archipel en mer de Chine orientale.

Le salon met également fin à une année de ventes automobiles relativement modestes en Chine, où la compétition se fait de plus en plus intense après des années de croissance effrénée. En dépit de ce ralentissement, la Chine demeure le plus important marché automobile de la planète, mettant en relief son importance aux yeux des constructeurs.

«Même si le marché automobile chinois est accompagné de nombreuses incertitudes, son potentiel énorme nous donne néanmoins confiance en l'avenir», a dit un dirigeant de Honda en Chine, Yao Yiming.

Honda a présenté plusieurs voitures à Guangzhou, y compris la Fit Hybrid.

Des constructeurs étrangers comme PSA Peugeot Citroen, un nouveau-venu sur le marché chinois, ont aussi présenté de nouveaux modèles conçus spécifiquement pour le marché chinois, qui influence de plus en plus la conception des voitures. Le directeur des activités asiatiques du constructeur français, Jean-Yves Dossal, a admis que le sentiment antijaponais profite à des compagnies comme la sienne.

Peugeot a notamment présenté le 3008, un véhicule multisegment aux lignes plus agressives que la version européenne, et le Citroen C4L, une berline de taille moyenne qui n'est offerte qu'en Chine.

Le constructeur chinois en difficultés BYD Auto, qui est appuyé par le milliardaire Warren Buffet, a dévoilé le Si Rui, une berline de taille moyenne très sophistiquée qui est entre autres munie d'un affichage de vision de nuit et qui, espère-t-on, connaîtra le même succès que la berline F3.

Fiat SpA, un autre nouveau-venu sur le marché chinois, a mis en vedette le Viaggio, sa première voiture produite en Chine et qui a été mise en vente en septembre. Un dirigeant de Fiat en Chine, Jack Cheng, a expliqué que le marché chinois servira de «locomotive» aux ventes mondiales de Fiat. La compagnie espère écouler entre 80 000 et 100 000 véhicules en Chine d'ici quelques années.

La Chine est devenue en 2009 le plus important marché automobile de la planète, au chapitre du nombre de véhicules vendus. Les ventes ont explosé de 35 pour cent en 2010 grâce aux mesures incitatives mises en place par le gouvernement, mais elles ont récemment ralenti quand Pékin est intervenu pour freiner l'inflation.

En octobre, les ventes ont augmenté de 6,4 pour cent à 1,3 million de véhicules après avoir glissé de 0,3 pour cent en septembre. Quelque 18,5 millions de véhicules ont été vendus en Chine l'an dernier, un chiffre qui devrait passer à 30 millions d'ici 2020.

L'analyste Namrita Chow, de la firme IHS Automotive, croit que des constructeurs comme Peugeot et Hyundai profiteront du salon pour rehausser leur visibilité et arracher une part de marché à leurs rivales japonaises. En octobre, les ventes de Toyota en Chine étaient en recul de 44 pour cent depuis un an, contre 41 pour cent pour Nissan et 46 pour cent pour Honda, une situation qui a profité à des constructeurs comme Volkswagen et General Motors.

PLUS:pc