NOUVELLES

Le président égyptien élargit ses pouvoirs et limoge le procureur général

22/11/2012 01:35 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Le président égyptien a adopté jeudi des amendements constitutionnels qui lui attribuent plus de pouvoirs et a limogé le procureur général qui lui avait permis de conserver son poste en octobre.

Mohamed Morsi a décrété que toutes les décisions qu'il a prises depuis son arrivée au pouvoir, en juin, jusqu'à l'adoption d'une nouvelle Constitution, ne pourraient faire l'objet d'un appel devant la justice.

M. Morsi a également accordé l'immunité à la commission chargée de rédiger une nouvelle Constitution, pour empêcher qu'elle soit dissoute à la suite d'une décision de justice. Il a accordé la même protection à la chambre haute du Parlement. Ces institutions sont dirigées par des alliés islamistes du président égyptien, lui-même issu des Frères musulmans.

Le président a également limogé jeudi le procureur général Abdel-Maguid Mahmoud, qui occupait ce poste depuis 2006. Ce dernier avait acquitté des personnalités du régime déchu d'Hosni Moubarak accusées d'avoir orchestré une violente répression contre les manifestants l'année dernière.

Le président Morsi avait demandé la mutation du procureur en octobre et l'avait nommé comme ambassadeur au Vatican, mais un accord «à l'amiable» avait ensuite été conclu entre les deux parties.

Mohamed Morsi a par ailleurs réclamé un nouveau procès contre d'anciens dirigeants du régime d'Hosni Moubarak liés aux affrontements meurtriers dans lesquels des manifestants avaient été tués l'an dernier, lors du soulèvement qui avait conduit à la démission de l'ancien président.

Le porte-parole du président, Yasser Ali, a annoncé ces nouvelles dispositions jeudi à la télévision publique. Il a précisé que ces nouveaux décrets visaient à «protéger» la révolution et à démanteler l'ancien régime.

PLUS:pc