NOUVELLES

Koweït: lancement de la campagne pour les élections, l'opposition boycotte

22/11/2012 08:28 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

Le gouvernement koweïtien a lancé jeudi sa campagne pour tenter de convaincre les électeurs de voter aux élections législatives du 1er décembre, boycottées par l'opposition.

"Le ministère de l'Information a lancé une campagne pour encourager les citoyens à exercer leur droit de vote", a déclaré le ministre de l'Information, cheikh Mohamed Abdallah Al-Sabah, cité par l'agence officielle KUNA.

L'émir, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, avait appelé mercredi les Koweïtiens à être "positifs" et à "élire leurs représentants".

"Pourquoi se montrer négatif et appeler les gens à boycotter le scrutin", avait-il demandé lors d'un discours devant des universitaires.

Les chaînes officielles de télévision et de radio ont commencé à diffuser des messages appelant les Koweïtiens à voter, alors que l'opposition intensifiait ses appels au boycott pour protester contre un amendement contesté de la loi électorale, qu'elle juge anti-constitutionnel.

"Nous rendons visite aux gens à domicile et les appelons à boycotter les élections (...), la réaction est excellente jusqu'à présent", a déclaré à l'AFP Abdallah Al-Shallahi, un activiste du Comité populaire pour le boycott des élections.

"Le boycott est nécessaire pour ne pas donner de légitimité au prochain parlement", a affirmé Faisal al-Yahya, un membre du parlement dissous, lors d'un meeting mercredi soir.

L'opposition islamiste, nationaliste et libérale a en outre appelé à une manifestation à la veille des élections.

Des manifestations organisées par l'opposition depuis le 21 octobre avaient attiré des dizaines de milliers de personnes et avaient souvent dégénéré en violences, faisant des dizaines de blessés parmi les manifestants et les policiers.

L'opposition soutient que l'amendement électoral contesté permet au gouvernement de manipuler les résultats du scrutin, en vue d'un Parlement à sa solde.

La loi prévoit désormais que chaque électeur koweïtien choisit un seul candidat, alors qu'il pouvait auparavant désigner jusqu'à quatre candidats.

Selon l'émir, l'amendement était nécessaire pour préserver "l'unité nationale" et la sécurité du riche émirat pétrolier du Golfe.

Le scrutin du 1er décembre est le deuxième de cette année et le cinquième depuis la mi-2006, le pays étant secoué par des crises politiques à répétition attribuées aux luttes de pouvoir au sein de la dynastie Al-Sabah qui règne depuis plus de 250 ans.

oh/at/tg/hj

PLUS:afp