NOUVELLES

Kackert est un autre joueur prénommé Chad qui brille chez les Argonauts

22/11/2012 05:17 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

TORONTO - Le petit mais costaud demi offensif qui a marqué trois touchés depuis le début des séries est devenu bien plus qu'un autre joueur prénommé Chad chez les Argonauts de Toronto.

Il ne faut pas surprendre que le receveur et spécialiste des retours de botté Chad Owens attire bien des regards en cette semaine de la Coupe Grey, mais le demi Chad Kackert n'est pas à ignorer.

«Il s'est bien intégré à notre équipe et il a réussi plusieurs jeux-clés pour nous aider à nous rendre jusqu'ici», a noté l'entraîneur-chef des Argos Scott Milanovich, jeudi.

Celui-ci espère que Kackert brillera de nouveau quand les Argonauts tenteront de remporter le 100e match de la Coupe Grey sur leur propre terrain, dimanche, face aux Stampeders de Calgary.

Le Californien a marqué deux touchés dans la victoire des Argos contre les Eskimos d'Edmonton en demi-finale de l'Est, il y a deux semaines, puis il a ajouté une spectaculaire course de 49 verges pour le majeur au milieu du terrain pour aider les siens à surprendre les Alouettes à Montréal en finale de section, dimanche dernier.

«S'il y a quelque chose que je peux retirer de tout ça, c'est un plus grand niveau de confiance, a noté Kackert. C'est une vraie bonne défensive que nous avons affronté la semaine dernière et j'avais quand même beaucoup d'espace pour courir.»

Kackert se sentait mieux après ce touché parce qu'en première demie, il avait été stoppé deux fois à une verge des buts. Et en début de rencontre, il avait commis un échappé dès la première séquence à l'attaque des Argos.

«Je me devais de revenir en force après ça, a souligné Kackert. J'étais un peu fâché.

«Tout le monde doit faire sa part et je dois faire du meilleur travail quand vient le temps de me défaire des plaqués, parce que ce ne sera pas facile de me rendre jusque dans la zone des buts. Ce n'est jamais facile.»

Au bout du compte, Kackert a complété le match avec une récolte de 139 verges au sol.

Milanovich accepte le fait que pas tous les jeux au sol au sein de son attaque vont mener à des gains spectaculaires, et que certains vont se terminer rapidement à la ligne de mêlée. L'offensive torontoise est centrée autour de Ricky Ray, qu'on invite à rester dans la pochette protectrice et à lancer le ballon.

Mais lorsqu'il y a une ouverture, les Argonauts s'attendent à ce que leur demi de cinq pieds huit pouces et 200 livres se serve de ses habiletés considérables pour accélérer à fond et transformer le jeu en long gain.

«Nous allons toujours être une équipe qui cherche d'abord la passe, tant que Ricky sera là, a indiqué Milanovich. Les occasions qu'obtient Chad dépendent du rythme du match.

«L'élément que Chad comprend vraiment, et il l'a compris la semaine dernière, c'est qu'il va y avoir des fois où il va recevoir le ballon et il ne va rien obtenir. Mais il va aussi y avoir des fois où il va recevoir le ballon et la ligne offensive va être bien placée, et c'est là qu'il doit exploser. C'est ce qu'il a fait. Sa contribution a été aussi importante que n'importe qui au sein de l'équipe.»

La saison de Kackert se résume d'ailleurs à cela: tirer profit des occasions qui se présentent.

Il a montré de belles promesses la saison dernière à titre de recrue appelée à remplacer Cory Boyd quand celui-ci s'est blessé. Et il a eu sa chance cette année quand les Argos, qui en avaient apparemment assez de l'attitude de Boyd et de son incapacité à effectuer des blocs, ont libéré ce dernier le 12 août.

Par la suite, Kackert a présenté une moyenne de 6,4 verges par portée, la meilleure chez les 10 porteurs de ballon de la LCF. Il est aussi devenu une menace comme receveur en sortant du champ arrière. Et on dit qu'il travaille fort sur ses blocs, ce qui est essentiel étant donné que Ray n'est pas le plus mobile des quarts.

«Ç'a été un défi, a reconnu Kackert. C'est l'expérience qui te permet de gagner en confiance, en autant que tu fais bien les choses. Et c'est ce que je fais depuis la septième semaine, quand j'ai eu ma chance.»

PLUS:pc