NOUVELLES

Chypre "très proche" d'un accord avec la troïka (président)

22/11/2012 08:45 EST | Actualisé 22/01/2013 05:12 EST

Chypre est "très proche" d'un accord avec ses créanciers internationaux de la troïka pour obtenir une aide européenne en contrepartie de réformes structurelles et de coupes budgétaires, a assuré jeudi le président chypriote Demetris Christofias.

"Après de rudes négociations avec la troïka, et en gardant à l'esprit les circonstances difficiles que ce pays traverse, nous sommes très proches de signer un memorandum avec la troïka", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Vu les questions restantes, qui sont très restreintes, il est possible que nous dépassions ces différences très prochainement", a-t-il insisté.

Le président Christofias a tenté de rassurer ceux qui craignent que les représentants de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI), arrivés à Chypre le 9 novembre pour négocier un programme d'austérité, ne quittent le pays à l'économie vacillante les mains vides.

Nicosie a demandé fin juin à bénéficier d'une aide qui pourrait dépasser 17 milliards d'euros selon des experts.

La troïka devrait conclure ce jeudi les négociations entamées en juillet. Il s'agit des plus longues qu'elle ait eu à mener, essentiellement parce que Chypre juge que le plan de sauvetage proposé impose des mesures d'austérité trop lourdes pour une économie déjà en récession.

La troïka a demandé à Nicosie de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions, et d'augmenter la TVA, selon une formule composée à 80% de réductions des dépenses publiques et à 20% de hausses d'impôts.

Les négociations achopperaient notamment sur les propositions de privatisation des services publiques rentables, de réduction des pensions de retraite et de réforme du système de hausses de salaires indexées.

Si une aide lui était accordée, Chypre deviendrait le quatrième pays de la zone euro (sur 17) à être placé sous assistance financière internationale après la Grèce, l'Irlande et le Portugal.

L'agence de notation financière Fitch a dégradé mercredi la note de la dette de Chypre, à "BB-" contre "BB+" auparavant, et prévenu qu'elle pourrait l'abaisser bencore.

Avant elle, Moody's avait fait de même en octobre, en évoquant "des difficultés profondes" du secteur bancaire chypriote.

cc/dv/ggy/feb

PLUS:afp