Une fois n'est pas coutume, le magnat de la presse Rupert Murdoch s'est publiquement excusé sur Twitter, après avoir été l'objet de vives critiques durant le week-end pour un message sur l'attitude de la "presse détenue par les Juifs".

"Pourquoi la presse détenue par les Juifs est-elle si systématiquement anti-Israël dans toute les crises ?", avait tweeté samedi le magnat australo-américain de 81 ans, en liaison avec l'opération "Pilier de défense" lancée par l'armée israélienne contre le Hamas.

Quelques heures plus tôt, le patron de Newscorporation, l'un des plus grands groupes de médias du monde, avait également dénoncé sur Twitter "le parti pris gênant de CNN et d'AP".

Les réactions n'ont pas traîné.

Le commentateur Howard Kurtz sur CNN a dénoncé un tweet "honteux", "vraiment injurieux", ne trouvant aucun apaisement dans la "moitié d'excuses" qu'a ensuite tweetée M. Murdoch.

"Il n'est pas sûr qu'il comprenne la magnitude de ses mots blessants", a écrit le journaliste. Le Guardian s'est fendu d'un long commentaire. Dans le Daily Beast, Peter Beinart a parlé d'un tweet "non seulement stupide mais injurieux, tant pour les journalistes que pour les Juifs". Damian Thompson, du Telegraph, a demandé "une vraie explication".

M. Murdoch, soutien indéfectible d'Israël, qui tweete régulièrement depuis décembre dernier et a 367.000 abonnés, a donc choisi de s'en excuser, jusqu'à un certain point.

"+La presse détenue par les Juifs+ a été durement critiquée, suggérant un lien avec les journalistes juifs. Ne le vois pas comme ça, mais m'excuse sans réserves", a-t-il tweeté, suscitant immédiatement de nouvelles critiques.