Huffpost Canada Quebec qc

Gaza: les dernières évolutions du conflit israélo-palestinien (EN DIRECT)

Publication: Mis à jour:
GAZA
Un missile tiré depuis Beer Sheva en Israël le 15 novembre 2012. | AFP

Après l'attaque qui a entraîné la mort du chef du Hamas Ahmad Jabbari mercredi 14 novembre, le conflit israélo-palestinien a repris dans la bande de Gaza.

Frappes aériennes, tirs de roquette, menaces réciproques: la communauté internationale s'inquiète de cette nouvelle escalade de violence.

Suivez les dernières évolutions du conflit en direct ci-dessous:

Une délégation israélienne devait arriver lundi au Caire pour des négociations indirectes avec le mouvement palestinien Hamas au sujet notamment du blocus de la bande de Gaza, a indiqué le numéro 2 du Hamas, qui a mis en garde contre tout délai dans la levée de ce siège.

"Une délégation de l'autre camp arrive au Caire aujourd'hui", a déclaré à des journalistes Moussa Abou Marzouk, désormais basé dans la capitale égyptienne.

Selon l'accord de trêve ayant mis fin aux hostilités entre Israël et les groupes armés de Gaza le 21 novembre, chaque partie devait respecter un cessez-le-feu et 24 heures plus tard des discussions devaient s'ouvrir sur des "mesures permettant d'ouvrir les points de passage avec Gaza et visant à faciliter la circulation des personnes et des biens".

La bande de Gaza, que contrôle le mouvement Hamas, est soumise à un blocus israélien depuis plusieurs années.

"Dans l'accord préliminaire, Israël a accepté d'élargir la zone (autorisée aux pêcheurs palestiniens le long de la côte de Gaza) de trois à six milles marins, ce qui a commencé hier", a indiqué le numéro 2 du Hamas.

"C'est inacceptable", a-t-il dit, en soulignant que son mouvement faisait pression pour 12 miles marins et que la question devait être évoquée ce lundi.

Les délégations palestinienne et israélienne, qui ne se rencontrent jamais directement et négocient au travers de médiateurs égyptiens, discuteront également de la façon de relier économiquement Gaza à la Cisjordanie occupée.

Selon l'accord de trêve, Israël ne devrait "plus imposer de restrictions au passage des personnes et des biens" aux points de passage de Gaza, ce qui "signifie que le siège est brisé", a jugé Moussa Abou Marzouk.

Le Hamas avait initialement demandé à Israël une date pour la levée du blocus, selon des responsables du mouvement, mais le document final ne mentionne pas de calendrier.

Si les négociations n'aboutissent pas, le Hamas pourrait agir, selon Moussa Abou Marzouk. "L'occupation et le siège sont des actes d'aggression. S'ils tergiversent beaucoup, alors le ciel est ouvert", a-t-il dit, tout en soulignant que "si l'ennemi respecte le cessez-le-feu, nous le respecterons".

Il a répété que la fin des hostilités, qui ont coûté la vie à 166 Palestiniens et six Israéliens du 14 au 21 novembre, était une victoire pour le Hamas, qui continuera à s'armer, a-t-il dit.

Pour la première fois durant ces hostilités, les militants du Hamas avaient touché Jérusalem et Tel-Aviv avec des roquettes.

Le Hamas a affirmé que ces roquettes étaient fabriquées localement, mais Israël estime qu'elles ont été amenées via les tunnels reliant Gaza à l'Egypte et a insisté sur le fait que cette contrebande devait prendre fin.

"A aucun moment, cela n'a fait partie de l'accord pour un cessez-le feu. Ils (les Israéliens, ndlr) l'ont proposé dans les médias, mais pas durant les négociations", a-t-il affirmé.

Partager:

Des soldats israéliens ont tué lundi un homme infiltré depuis Gaza, soupçonné d'avoir poignardé une Israélienne après avoir pénétré à son domicile dans un village proche de l'enclave palestinienne, a indiqué une porte-parole de l'armée.

"L'Israélienne a été légèrement blessée. Selon une enquête préliminaire, l'incident est de nature terroriste", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le suspect a refusé d'obéir aux soldats et agents de sécurité qui étaient arrivés sur place, dans le village de Sdei Avraham, dans la zone israélienne limitrophe du sud de la bande de Gaza, a-t-elle précisé.

"Les soldats ont demandé au suspect de s'arrêter mais il n'a pas obéi. Il s'est alors approché des soldats en les menaçant", a ajouté la porte-parole.

"Ils lui demandé une nouvelle fois de s'arrêter mais il a continué. Ils lui ont tiré dessus et l'ont tué", a-t-elle poursuivi.

Des soldats israéliens patrouillent régulièrement la frontière entre Israël et la bande de Gaza. Depuis vendredi, des policiers du Hamas se sont redéployés le long de la frontière pour éviter des incidents qui compromettraient la trêve entre Israël et les groupes armés palestiniens de Gaza, conclue mercredi dernier après huit jours d'hostilités meurtrières.

Partager:

gaza

gaza

gaza

Partager:

Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a apporté lundi son soutien à la démarche du président palestinien Mahmoud Abbas pour obtenir le statut d'Etat observateur pour la Palestine à l'ONU, a annoncé le mouvement islamiste dans un communiqué.

"Khaled Mechaal a exprimé dans une conversation téléphonique avec le président Abbas l'agrément du Hamas à la démarche à l'ONU pour obtenir le statut d'Etat observateur", selon le communiqué.

Il a souligné "la nécessité que cette initiative s'inscrive dans le cadre d'une vision et d'une stratégie nationales pour préserver les droits nationaux, sur la base des atouts du peuple palestinien, à commencer par la résistance".

Contrairement au bureau politique en exil, des dirigeants du Hamas à l'intérieur de la bande de Gaza ont critiqué l'initiative de Mahmoud Abbas à l'ONU, dénonçant une absence de concertation avec l'ensemble des mouvements palestiniens.

Le porte-parole du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a ainsi démenti le 22 novembre avoir approuvé la démarche de Mahmoud Abbas lors d'une conversation téléphonique, comme l'avait annoncé l'agence officielle WAFA.

En revanche, le 17 novembre, le numéro deux du Hamas, Moussa Abou Marzouk, en exil au Caire, avait exhorté Mahmoud Abbas à "ne pas renoncer à aller à l'ONU", estimant que l'offensive israélienne à Gaza alors en cours constituait "un avertissement" israélien pour décourager l'initiative diplomatique.

Mahmoud Abbas se rendra à New York où sera examinée jeudi devant l'Assemblée générale de l'ONU la demande palestinienne.

Israël et les Etats-Unis s'opposent à ce projet, arguant qu'un Etat palestinien ne peut résulter que de négociations de paix, abandonnées depuis plus de deux ans.

Partager:

L'actuel ministre israélien de la Défense et ancien Premier ministre Ehud Barak, militaire le plus décoré du pays, a annoncé lundi son retrait de la vie politique. Une décision surprise en pleine campagne électorale.

"J'annonce ma décision de quitter la vie politique et de ne pas me présenter aux élections" législatives du 22 janvier, a déclaré ehud Barak lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, expliquant vouloir se "consacrer à sa famille".

"J'achèverai mes fonctions de ministre de la Défense avec la formation du prochain gouvernement dans trois mois", a précisé le ministre, âgé de 70 ans et considéré comme le numéro 2 du gouvernement.

Considéré comme un des meilleurs experts militaires du pays, ayant suivi un parcours prestigieux, Ehud Barak est entré en politique au milieu des années 90 après son départ de l'armée.

Premier ministre entre 1999 et 2001, il a quitté le parti travailliste en janvier 2011, pour conserver son poste de la Défense au sein d'un gouvernement de Benjamin Netanyahu composé en particulier de partis religieux et d'extrême droite.

Il avait alors fondé un nouveau parti avec quatre autres députés travaillistes dissidents sous le nom de "Hatzmaout" (indépendance en hébreu). Mais cette formation a eu beaucoup de mal à décoller dans les sondages.

Partager:

Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, s'est prononcé samedi en faveur de l'adhésion de la Palestine au statut d'Etat observateur de l'ONU, "souhaitant" que la France "soutienne activement" la démarche des Palestiniens.

"Au moment où une trêve vient soulager les souffrances des habitants de Gaza, et celles des Israéliens menacés par les tirs de roquettes, il est plus que jamais nécessaire de rappeler que seule l'existence de deux Etats souverains, viables et reconnus internationalement, permettra l'émergence d'une paix durable", écrit le maire de Paris. "Après l'admission de la Palestine comme membre de l'UNESCO en octobre 2011, ce statut - ndlr: d'observateur à l'ONU - constituerait en effet une étape importante sur le chemin de la reconnaissance d'un Etat palestinien à part entière qui permettrait au peuple palestinien, qui aspire depuis longtemps à un Etat libre et démocratique, de se constituer en tant que nation".

"Cette reconnaissance, ajoute Bertrand Delanoë, faciliterait la mise en place des conditions de la sécurité au Proche Orient, en premier lieu celle d'Israël, et constituerait ainsi un pas de plus vers la paix (...)". Le maire de Paris souhaite aussi que "la France, forte d'une tradition de soutien à la paix au Proche Orient, aille dans le sens de l'histoire en soutenant la demande formulée par la Palestine".

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a annoncé son intention de déposer sa demande de statut d'Etat observateur à l'ONU à l'Assemblée générale de l'ONU le 29 novembre, date du 65e anniversaire du vote de la résolution sur le partage de la Palestine en deux Etats.

Partager:

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a appelé le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, pour saluer la "victoire" des groupes palestiniens sur Israël et l'assurer du soutien continu de l'Iran, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

Ahmadinejad a téléphoné vendredi soir à Haniyeh "pour le féliciter de la victoire de la résistance après l'agression israélienne qui a duré huit jours", a indiqué un communiqué du bureau du chef du gouvernement, en référence à l'opération israélienne qui s'est conclue par un cessez-le-feu mercredi. "Le président iranien a salué la grande victoire du peuple de Gaza et de la résistance face à l'agression sioniste", a rapporté de son côté l'agence iranienne Isna à Téhéran, précisant que M. Ahmadinejad avait assuré que son pays se "tiendra toujours aux côtés des Palestiniens".

Haniyeh a remercié "l'Iran pour son soutien face au siège injuste qui se poursuit depuis des années" contre l'enclave palestinienne. Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, avait rendu hommage mercredi au "rôle de l'Iran pour avoir armé" les groupes palestiniens, leur permettant selon lui de faire face à l'offensive israélienne de huit jours qui a fait 166 morts palestiniens et six morts israéliens. Le président du Parlement iranien Ali Larijani avait confirmé la nature "militaire" de l'aide iranienne au Hamas. L'Iran ne reconnaît pas Israël, dont il prédit régulièrement la disparition.

Partager:

manifestation salafistes maroc 1

manifestation salafiste maroc 2

Partager:

Près de 200 salafistes ont manifesté vendredi à Salé, ville jumelle de Rabat, la capitale du Maroc, pour apporter leur soutien aux Palestiniens.

Les manifestants se sont rassemblés à l'issue de la prière hebdomadaire devant la mosquée du quartier Ar-Rahma de Salé. Ils ont scandé "Mort à Israël", "Mort aux Etats-Unis" et brûlé un drapeau américain et un drapeau israélien.

Les manifestants ont par ailleurs critiqué le manque de soutien, selon eux, des pays arabes envers les Palestiniens.

Des marches officielles de solidarité au peuple palestinien sont prévues dimanche à Rabat ainsi qu'à Casablanca, la capitale économique du pays.

En réaction aux derniers affrontements entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, le Maroc a déployé une unité hospitalière dans l'enclave palestinienne et y acheminé de l'aide humanitaire. Il a dénoncé une "agression militaire" israélienne.

Partager:

L'armée israélienne a arrêté en Cisjordanie 28 Palestiniens, dont cinq députés du mouvement islamiste Hamas, a-t-on appris vendredi auprès du Hamas dans ce territoire palestinien.

Jeudi, au moins 55 militants palestiniens avaient été arrêtés en Cisjordanie pour "activités terroristes", quelques heures après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste Hamas à Gaza.

Les 28 personnes arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi étaient toujours en détention vendredi après-midi, selon une source du Hamas qui a requis l'anonymat.

L'armée israélienne a confirmé les arrestations, précisant que quatre parlementaires du mouvement islamiste étaient en détention.

Les arrestations de militants et de députés palestiniens en Cisjordanie sont fréquentes, mais elles se sont multipliées ces derniers jours, avec, en toile de fond, les hostilités qui ont opposé Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et au sud d'Israël.

La Cisjordanie a connu depuis une semaine des manifestations parfois violentes de solidarité avec la bande de Gaza.

Deux Palestiniens ont été tués cette semaine par des tirs de l'armée israélienne, l'un à Nabi Saleh (nord de Ramallah), l'autre à Hébron (sud de la Cisjordanie), selon des sources médicales palestiniennes.

Mercredi, près de 70 manifestants ont été blessés dans des heurts avec des soldats israéliens à Hébron et Ramallah, selon le Croissant rouge palestinien.

Partager:

Un Palestinien a été tué et 19 ont été blessés vendredi par l'armée israélienne dans la bande de Gaza, pour la première fois depuis l'entrée en vigueur d'une trêve mercredi, selon les services d'urgences du territoire palestinien gouverné par le Hamas.

Anouar Abdelhadi Qdeih, 20 ans, a été tué par des tirs de soldats israéliens près de la frontière entre Gaza et Israël, dans le village de Khouzaa, à l'est de Khan Younès, a précisé un porte-parole des services d'urgences à Gaza, Adham Abou Selmiya.

Selon le porte-parole du Hamas, "les tirs de l'occupant ont visé directement les agriculteurs qui retournaient sur leurs terres dans la zone frontalière et c'est la première violation israélienne de la trêve".

Le Hamas "suivra cette violation via le médiateur égyptien pour s'assurer qu'elle ne se reproduira pas", a ajouté son porte-parole Sami Abou Zouhri.

Partager:

La Russie a demandé à ses navires de guerre de se positionner au large de la Gaza pour se tenir prêts à une possible évacuation des citoyens russes en cas d'escalade du conflit avec Israël, ont indiqué des sources militaires citées par les agences russes.

Un groupe de navires, dont le croiseur "Moskva", "a reçu l'ordre de se positionner dans une zone précise de la partie orientale de la mer Méditerranée pour une possible évacuation des citoyens russes de la bande de Gaza en cas d'escalade du conflit israélo-palestinien", a indiqué une source au sein du commandement central de la Marine, citée par les agences Interfax et Ria-Novosti.

Partager:

Après une dizaine de jours de conflit entre Israël et Palestine, en voici les chiffres marquants:

- 170 morts, dont 164 côté palestinien, 71 civils et 26 enfants;

- 1520 blessés, dont 1235 côté palestinien;

- 1500 roquettes lancées par le Hamas, dont 421 stoppées par le Dôme de Fer israélien;

- 980 rampes de tirs de roquettes souterraines du Hamas détruites;

- 19 leaders "terroristes du Hamas et du Djihad islamique" tués;

- 55 Palestiniens arrêtés pour "activité terroriste".

Partager:

Des inscriptions hostiles à Israël et à la police ont été découvertes dans la nuit de jeudi à vendredi sur la façade du théâtre municipal de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Vers 2 heures, le gardien du théâtre a alerté la police après que des tags anti-police et anti-Israël ont été retrouvés sur la façade du bâtiment communal, selon une source policière.

Jean-Christophe Fromantin, député maire (UDI) de Neuilly-sur-Seine, a qualifié, dans un communiqué, ces inscriptions "d'odieuses", condamnant "très fermement ces expressions antisémites et réitérant son amitié à l'ensemble de la communauté juive".

Une enquête a été confiée au commissariat de Neuilly-sur-Seine.

Partager:

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé vendredi que les conflits au Proche-Orient ne pouvaient être résolus dans le cadre du seul Quartette, composé de l'Union européenne, la Russie, les Etats-Unis et l'ONU, mais en coopération étroite avec la Ligue arabe.

"Cela fait déjà plusieurs années que nous soulignons lors des réunions du Quartette que ce format n'est pas suffisant pour étudier de manière efficace les problèmes actuels et élaborer des propositions et accords viables", a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse.

"Il est indispensable que le Quartette ne se réunisse pas au cas par cas avec des représentants des pays de la Ligue Arabe pour les informer de ce qu'a décidé le Quartette, mais qu'il travaille avec eux pour élaborer ensemble des accords et décisions", a ajouté le ministre.

Le Quartette a été formé pour relancer le processus de paix israélo-palestinien, sans grand succès.

Partager:

Un Palestinien a été tué vendredi par l'armée israélienne dans le sud de la bande de Gaza, pour la première fois depuis l'entrée en vigueur d'une trêve mercredi soir, selon les services d'urgences du territoire palestinien gouverné par le Hamas.

Anouar Abdelhadi Qdeih, 21 ans, a été tué et sept autres Palestiniens blessés par des tirs israéliens près de la frontière entre Gaza et Israël, dans le village de Khouzaa, à l'est de Khan Younès, a précisé un porte-parole des services d'urgences à Gaza, Adham Abou Selmiya.

"Sept civils ont été blessés par les balles des forces d'occupation qui ont ouvert le feu sur un groupe d'agriculteurs à Khouzaa", dont un grièvement, a-t-il ajouté.

Selon des témoins, des soldats israéliens ont tiré de la position militaire de Kissoufim sur un groupe de Palestiniens, des agriculteurs pour la plupart, qui tentaient de se rendre sur leurs terres situées dans la bande frontalière, dont l'armée israélienne interdit l'accès sous peine d'ouverture du feu.

Partager:

La liste conjointe du Likoud et de son allié Israël-Beiteinou, conduite par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, enregistre un recul des intentions de vote, mais sa coalition de droite reste majoritaire, selon un sondage publié vendredi après le conflit à Gaza.

Selon ce sondage du quotidien Maariv, le Likoud/Israël-Beiteinou, coalition formée par les partis de droite de M. Netanyahu et du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, est crédité de 37 sièges, contre 43 dans une précédente enquête effectuée fin octobre.

Ce sondage sur les législatives anticipées de janvier a été réalisé après le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas palestinien au pouvoir à Gaza, intervenu mercredi au terme d'une semaine de confrontation sanglante. La moitié des Israéliens, dont une majorité d'électeurs de droite et religieux, auraient souhaité que le gouvernement poursuive son opération militaire.

Pour l'opposition, le Parti travailliste de Shelly Yacimovich obtiendrait 22 députés (+2 par rapport au mois dernier), et le Shass ultra-orthodoxe 14 (+2).

En revanche, le nouveau parti centriste laïc Yesh Atid ("Il y un avenir") de l'ex-journaliste vedette Yaïr Lapid connaît une chute, avec 9 sièges (-6).

Le petit parti Atzmaout ("Indépendance") du ministre de la Défense Ehud Barak finit par décoller (+4, aucun siège auparavant).

En revanche, Kadima (centre), aujourd'hui le premier parti à la Knesset (28 députés) et la principale force d'opposition, s'effondre complètement et n'obtiendrait que deux députés (-2).

La donne pourrait toutefois être modifiée si, comme tout le monde l'attend, Tzipi Livni, l'ex-ministre des Affaires étrangères et une des fondatrices de Kadima, annonce la création la semaine prochaine de son propre parti, qui prendrait des voix sur Kadima, Yesh Atid et le Parti travailliste.

Mais dans tous les cas de figure, la coalition actuellement au pouvoir --Likoud, Israël Beiteinou (ultra-nationaliste), religieux ultra-orthodoxes et extrême droite-- conserve une position dominante, avec 70 sièges sur 120 au Parlement.

Ce sondage a été réalisé auprès de 503 personnes représentatives de la population israélienne avec une marge d'erreur de 4,5%.

Partager:

Les Israéliens sont divisés à propos du cessez-le-feu intervenu mercredi qui a mis fin à huit jours d'hostilités dans la bande de Gaza, selon un sondage publié vendredi par le quotidien Maariv.

A la question: "est-ce qu'Israël devait accepter un cessez-le-feu ou poursuivre son opération militaire?", 49% des personnes interrogées répondent que l'armée aurait du continuer l'opération "Pilier de sécurité" tandis que 31% se déclarent favorables au cessez-le-feu et que 20% sont sans opinion.

Maariv précise que les électeurs sympathisants des partis de droite et religieux sont les plus critiques vis-à-vis du cessez-le-feu, tandis que ceux qui sont proches de l'opposition centriste soutiennent cet accord conclu par l'intermédiaire de l'Egypte.

Le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu a menacé à plusieurs reprises de lancer une opération terrestre de grande envergure dans la bande de Gaza et mobilisé des dizaines de milliers de réservistes, mais a finalement renoncé à ce projet qui aurait pu provoquer de lourdes pertes parmi les soldats à l'approche des élections du 22 janvier.

Durant l'offensive aérienne israélienne lancée le 14 novembre à Gaza avec l'élimination du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, 163 Palestiniens ont été tués et 1.235 blessés, selon un bilan médical provisoire. Six Israéliens, dont deux soldats, ont péri et 240 ont été blessés dans la chute d'un millier de projectiles palestiniens sur le sud d'Israël.

Jamais depuis l'opération israélienne "Plomb durci" en décembre 2008-janvier 2009 une confrontation avec les groupes palestiniens n'avait fait autant de victimes. Plus de 1.440 Palestiniens et 13 Israéliens y avaient trouvé la mort.

Partager:

Les Palestiniens accueillent favorablement la volonté de la Chine de davantage s'impliquer au Proche-Orient, où Pékin pourrait jouer un "rôle spécial", notamment de médiation avec Israël, a affirmé vendredi un émissaire du président palestinien Mahmoud Abbas.

Après une semaine d'hostilités meurtrières, le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas ne peut tenir qu'avec le soutien des Nations unies, du Conseil de sécurité de l'ONU "et de pays comme la Chine", a déclaré Bassam al-Salhi dans une conférence de presse à Pékin.

Les Chinois "souhaitent s'impliquer et nous sommes favorables à leur implication", a ajouté l'envoyé spécial, par ailleurs secrétaire général du Parti du peuple palestinien (PPP), une petite formation politique issue du Parti communiste palestinien.

"La position chinoise est de soutenir la trêve à Gaza, de mettre fin à tous les types d'agression des Israéliens contre la population palestinienne, et ils soutiennent nos demandes à l'ONU", a détaillé Bassam al-Salhi.

L'émissaire du président palestinien a été reçu notamment par le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Durant leurs entretiens a été évoquée la possibilité d'un rôle de la Chine pour superviser la trêve entrée en vigueur mercredi soir après un accord conclu par l'intermédiaire de l'Egypte, a expliqué Bassam al-Salhi. Et ce même si Pékin suit généralement une doctrine de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays.

Arrivé jeudi, l'émissaire du président palestinien doit repartir samedi. Plusieurs fois cette semaine la Chine s'était déclarée favorable à "toute action" du Conseil de sécurité de l'ONU en faveur d'un cessez-le-feu à Gaza et avait "exhorté vivement les parties (au conflit), en particulier Israël, à exercer la plus grande retenue".

La Chine, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, soutient la demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU, estimant qu'il s'agit d'un "droit légitime inaliénable" des Palestiniens qui pourrait se transformer en facteur de paix dans la région.

Partager:

Le Shin Beth, service intérieur de sécurité, a annoncé dans un communiqué l'arrestation des membres d'une cellule soupçonnée d'être responsable de l'attentat la veille contre un autobus à Tel-Aviv.

"Les auteurs de l'attentat mercredi contre un autobus à Tel-Aviv qui a fait 29 blessés ont été arrêtés quelques heures après l'attentat" près de Ramallah, en Cisjordanie, a indiqué le Shin Beth.

Partager:

Dans un communiqué, l'armée israélienne assure avoir tué sept hauts responsables du Hamas durant l'opération appelée "Pilier de défense", dont Ahmad Jaabari, le chef des opérations militaires du Hamas, le 14 novembre au début de l'offensive.

L'armée israélienne a dit par ailleurs avoir frappé 1.500 objectifs, dont 19 centres de commandement, 26 sites de fabrication et de stockage d'armes et plusieurs centaines de lance-missiles.

"A l'issue de huit jours d'opération, l'armée israélienne a rempli les objectifs de +Pilier de défense+ et infligé de sérieux dégâts au Hamas et à ses ressources militaires", explique l'armée israélienne dans son communiqué.

De même source, 933 roquettes lancées de Gaza ont atteint Israël, tandis que 421 autres ont été interceptées par le système anti-missile "Iron dome" dans lequel Israël dit avoir investi 1 milliard de dollars.

Partager:

Les hostilités dont la bande de Gaza a été le théâtre, avant un cessez-le-feu mercredi soir, ont coûté la vie à plus de 160 Palestiniens et à six Israéliens, dont deux soldats, ont indiqué jeudi des sources médicales palestiniennes et israéliennes.

Moins de 24 heures après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, les secours palestiniens étaient encore en train de dresser la liste des morts et des disparus lors des raids israéliens sur l'enclave palestinienne.

Selon un bilan provisoire du ministère de la Santé du gouvernement du Hamas à Gaza, 163 Palestiniens, civils et combattants confondus, sont morts durant l'opération israélienne et 1.235 autres ont été blessés.

En Israël, six personnes, dont deux soldats, ont péri et 240 autres ont été blessées dans des tirs de roquettes de Gaza, selon l'armée israélienne.

Jamais depuis l'opération israélienne "Plomb durci" en décembre 2008-janvier 2009 une confrontation israélo-palestinienne n'avait fait autant de victimes. Plus de 1.440 Palestiniens et 13 Israéliens avaient péri lors de cette opération.

Partager:

Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a appelé jeudi l'ensemble des groupes armés à respecter le cessez-le-feu avec Israël en vigueur depuis mercredi soir.

"J'apprécie le respect par tous les mouvements de la résistance de l'accord de trêve, et je demande à tous de le respecter et d'agir conformément à l'accord. Je demande aussi aux services de sécurité de suivre la question", a ajouté Ismaïl Haniyeh.

Partager:

Le président palestinien Mahmoud Abbas a félicité jeudi le chef du gouvernement du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh pour sa "victoire" après la conclusion d'un cessez-le-feu avec Israël, a annoncé son bureau dans un communiqué.

"Lors d'une conversation téléphonique, le président Abou Mazen (le surnom de Mahmoud Abbas, ndlr) a félicité Ismaïl Haniyeh du Hamas pour sa victoire et exprimé sa sympathie aux martyrs", précise le communiqué.

Partager:

gaza

gaza

gaza

gaza

Partager:
Partager:

Le président égyptien Mohamed Morsi a décidé de ne pas se rendre au sommet des pays musulmans émergents, qui se tient jeudi à Islamabad, afin de suivre la situation à Gaza, où un cessez-le-feu est entré en vigueur mercredi soir.

Le président égyptien a envoyé son vice-président, Mahmoud Mekki, à ce sommet des chefs d'Etat ou de gouvernement du D8 ("Developing Eight"), un forum créé en 1997, a indiqué la présidence dans un communiqué.

"M. Morsi a pris cette décision en raison de la nécessité de suivre les développements intérieurs en Egypte et aussi pour suivre les engagements de toutes les parties concernant l'accord de cessez-le-feu à Gaza", selon ce communiqué.

Le communiqué n'a pas précisé ce qu'il entendait par les "développements intérieurs en Egypte".

Partager:

L'armée israélienne a annoncé jeudi l'arrestation de 55 militants palestiniens en Cisjordanie pour "activités terroristes" quelques heures après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza.

Ces Palestiniens sont accusés de s'être livrés à des "activités terroristes et violentes" en Cisjordanie", selon un comuniqué de l'armée qui précise que les militants arrêtés appartenaient à différentes organisations.

Partager:

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a évoqué jeudi la possibilité qu'Israël reprenne ses attaques si le Hamas ne respectait pas le cessez-le-feu intervenu mercredi soir dans la bande de Gaza après une semaine de confrontations.

Le cessez-le-feu "peut durer neuf jours, neuf semaines ou plus, mais s'il ne tient pas nous saurons quoi faire, et nous considérons évidemment alors la possibilité de reprendre nos activités (militaires) en cas de tirs ou de provocations", a prévenu Ehud Barak à la radio publique.

Sur le terrain, le cessez-le-feu était respecté jeudi matin dans la bande de Gaza après une semaine de confrontation armée, qui s'est soldée par la mort de 155 Palestiniens et de cinq Israéliens.

Obtenue après des efforts diplomatiques tous azimuts notamment de l'Egypte et des Etats-Unis, la trêve est entrée en vigueur à mercredi soir selon le texte de l'accord annoncé au Caire par le chef de la diplomatie égyptienne Mohammed Kamel Amr au côté de son homologue américaine Hillary Clinton.

Le ministre israélien de la Défense a justifié la décision du gouvernement israélien de renoncer à lancer une opération terrestre de grande envergure dans la bande de Gaza malgré la mobilisation de dizaines de milliers de réservistes.

"Une telle opération aurait pu créer une situation où nous aurions dû rester des années dans la bande de Gaza. Je n'ai pas la nostalgie de Gaza, je suis sûr que le Hamas n'éprouve pas lui non plus de nostalgie de ce qui lui est arrivé ces derniers jours", a ajouté Ehud Barak.

Partager:

Le cessez-le-feu était respecté au premières heures de ce jeudi matin dans la bande de Gaza après l'accord passé la veille entre Israël et le Hamas palestinien au pouvoir à Gaza, mettant un terme à une semaine de confrontation armée qui a coûté la vie à 155 Palestiniens et cinq Israéliens.

Obtenue après des efforts diplomatiques tous azimuts notamment de l'Egypte et des Etats-Unis, la trêve est entrée en vigueur à 19 heures GMT selon le texte de l'accord annoncé au Caire par le chef de la diplomatie égyptienne Mohammed Kamel Amr au côté de son homologue américaine Hillary Clinton.

Le cessez-le-feu a été fêté mercredi soir à Gaza:

Partager:

À lire aussi sur le HuffPost Québec

GRAPHIC WARNING: Israel And Gaza Tensions
sur
Partager
Tweeter
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction