NOUVELLES

L'armée israélienne mobilise des troupes en vue d'une offensive terrestre à Gaza

15/11/2012 09:30 EST | Actualisé 15/01/2013 05:12 EST

JÉRUSALEM - L'offensive israélienne aérienne et maritime "Pilier de la défense" contre le Hamas dans la bande de Gaza entre dans son troisième jour, vendredi.

Selon les derniers bilans, l'armée israélienne aurait tué 19 Palestiniens, dont des militants islamistes et des civils. Près de 200 personnes ont aussi été blessées. Trois civils israéliens ont été tués dans le sud de l'État hébreu, lorsqu'un projectile s'est abattu contre leur immeuble.

L'armée israélienne avait commencé jeudi à déplacer des troupes en direction de la bande de Gaza et a autorisé le rappel de réservistes, signe de la préparation d'une possible offensive terrestre dans ce territoire palestinien.

Au moins une dizaine de camions transportant des chars et des véhicules blindés ont été vus jeudi soir en train de se diriger vers la bande de Gaza, tandis que des autocars transportaient des soldats dans la même direction.

«J'ai donné l'ordre aujourd'hui aux militaires de rappeler des réservistes afin d'être préparés pour une possible intervention», a déclaré jeudi soir le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak. L'armée a indiqué que jusqu'à 30 000 soldats pourraient être mobilisés.

Des responsables militaires ont déclaré que ces mouvements de troupes étaient une préparation à une possible offensive terrestre, mais aucune décision n'a encore été prise sur une éventuelle incursion dans le territoire palestinien, a souligné l'armée. Des chaînes de télévision israéliennes ont cependant affirmé que l'offensive terrestre commencerait vendredi.

Plus de 200 roquettes ont été tirées sur Israël jeudi. Trois d'entre elles ont atteint la région densément peuplée de Tel Aviv, selon l'armée israélienne. L'une des roquettes est tombée sur un terrain vague de Rishon Lezion, en banlieue de Tel Aviv, tandis que les deux autres semblent être tombées dans la mer, a indiqué l'armée. Les tirs n'ont pas fait de blessé, mais le gouvernement israélien considère cette tentative des militants palestiniens de perturber la vie à Tel Aviv comme une escalade majeure du conflit.

Les tirs ont déclenché les sirènes d'alerte dans la capitale commerciale et culturelle d'Israël. Des résidants pris de panique se sont mis à courir pour trouver refuge dans les abri antibombes. Certains se sont allongés au sol quand les sirènes ont retenti, tandis que les clients des restaurants se sont réfugiés sous les tables.

Israël et le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, observaient une trêve informelle depuis quatre ans. Mais au cours des dernières semaines, la trêve a été rompue par de nombreux tirs de roquettes de la bande de Gaza vers Israël et des frappes aériennes de représailles de l'armée israélienne.

Les combats ne montraient aucun signe de ralentissement jeudi. Les avions de l'armée israélienne ont mené un dizaine de frappes sur des cibles extrémistes dans la bande de Gaza, tandis que les militants extrémistes palestiniens ont tiré des roquettes tout au long de la journée. Les résidants du sud d'Israël sont restés cloîtrés à l'intérieur. Les autorités leur ont ordonné de se tenir à proximité des abris antibombes publics.

Plus tôt jeudi, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, avait déclaré que son armée était prête à «amplifier de manière significative» son opération militaire dans la bande de Gaza.

Devant les journalistes, M. Nétanyahou a affirmé qu'il ne tolérerait pas que les civils israéliens soient la cible continuelle de tirs de roquettes.

Il a également dit espérer que le Hamas ait «compris le message», sans quoi le gouvernement israélien entreprendra toute action qu'il juge nécessaire pour protéger les citoyens du pays, a-t-il prévenu.

Le chef de la branche militaire du Hamas, Ahmed Jabari, a été tué mercredi lors d'un raid aérien dans la bande de Gaza. Le lendemain, des avions, des chars et des navires israéliens ont bombardé le petit territoire palestinien, au moment même où des dizaines de roquettes tirées par des militants islamistes de la bande de Gaza touchaient le sud d'Israël.

Dans la bande de Gaza, les écoles sont restées fermées jeudi et le Hamas a proclamé l'état d'urgence. Des avions israéliens ont largué des prospectus en matinée pour demander aux résidants du territoire de se tenir loin des militants du Hamas et des autres groupes radicaux.

Le premier ministre du Hamas dans la bande de Gaza, Ismaïl Haniyeh, a fait l'éloge funèbre d'Ahmed Jabari jeudi soir lors d'un discours télévisé.

«Quel martyr et quelle journée glorieuse», a-t-il dit. «Félicitations. Repose en paix. Sois béni.»

Ismaïl Haniyeh a déclaré que les Palestiniens étaient restés tenaces et défiants durant les 22 jours de la dernière guerre entre Israël et le Hamas, en 2009, et qu'ils pourraient tenir encore plus longtemps cette fois-ci.

Malgré les risques de frappes israéliennes, quelque 400 personnes se sont rassemblées jeudi à Gaza pour les funérailles d'Ahmed Jabari, dont le corps a été recouvert du drapeau du Hamas. Certains ont tiré des coups de feu en l'air en criant: «Dieu est grand, la vengeance est proche».

PLUS:pc