Le PLQ demande à Québec de ne pas accorder le droit de grève aux étudiants

Publication: Mis à jour:
GREVE ETUDIANTE RETOUR CLASSES
CP

QUÉBEC - L'opposition libérale croit que des éléments radicaux vont étendre leur influence dans les classes si le droit de grève est reconnu aux étudiants.

Le droit de grève — qui n'est pas légalement reconnu aux associations étudiantes au Québec — sera l'un des thèmes abordés au Sommet sur l'enseignement supérieur, qui se tiendra à la mi-février 2013.

En point de presse mercredi à Québec, le député libéral Gerry Sklavounos a exhorté le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, à «bloquer la porte» dès maintenant à la possibilité de reconnaître aux étudiants les mêmes droits que ceux dont jouissent les travailleurs syndiqués.

Le droit des étudiants d'assister aux cours pour lesquels ils ont payé doit primer sur la liberté de leurs camarades de choisir la voie du boycott, a fait valoir M. Sklavounos, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'enseignement supérieur.

À son avis, le droit de grève ne ferait qu'accroître l'influence de groupes «radicaux» comme l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ).

Selon M. Sklavounos — qui se fie aux informations publiées sur la page Facebook de l'association —, l'ASSÉ, qui revendique la reconnaissance légale du débrayage étudiant, est «extrémiste», «anticapitaliste» et «quasiment anti-Occident».

«C'est un groupe qui est assez extrémiste, qui pourra, par la suite, imposer sa volonté et cette vision-là à nos étudiants», a-t-il soutenu.

Au terme de la période de questions à l'Assemblée nationale, le ministre Duchesne a prévenu que la question du droit de grève sera débattue lors du Sommet, quoiqu'en pensent les libéraux.

«Les recteurs veulent que l'on parle de démocratie étudiante, et il y a même une association étudiante, la FECQ (Fédération étudiante collégiale du Québec), qui a mis quelqu'un là-dessus pour préparer une étude et des travaux. Je suis très content, plusieurs personnes veulent qu'on en parle et on va en parler», a-t-il dit.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Manifestation des 100 jours - 22 mai 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Jean Charest, une «coquille vide» - Jean David

Une occasion en or

Droits de scolarité: Pierre Duchesne se défend de piper les dés

Un «chiffon» et un «gruyère», selon