NOUVELLES

La Jordanie prévoit la construction d'un troisième camp de réfugiés syriens

14/11/2012 10:54 EST | Actualisé 14/01/2013 05:12 EST

La Jordanie, qui héberge quelque 230.000 réfugiés syriens ayant fui les violences dans leur pays, prévoit de construire un troisième camp pour les hommes célibataires, a indiqué mercredi un responsable du gouvernement.

"Le gouvernement a alloué 100 dunums (10 hectares) pour l'accueil de 18.000 réfugiés célibataires. L'Arabie saoudite va fournir 1.800 tentes", a affirmé Anmar al-Hammoud, responsable au gouvernement du dossier des réfugiés syriens, à l'agence de presse officielle Petra.

"Le camp va être installé près de l'Université des Sciences et des technologies, dans la province de Ramtha, dans le nord du pays", a-t-il dit sans donner de date précise pour l'ouverture du camp.

Les réfugiés syriens célibataires installés dans le camp de réfugiés de Zaatari seront déplacés vers le nouveau camp, a-t-il précisé.

"Les réfugiés célibataires fraîchement arrivés seront également installés dans ce nouveau camp", a-t-il indiqué.

Le camp de Zaatari, qui accueille près de 42.000 réfugiés syriens selon les autorités jordaniennes, est situé dans la province de Mafraq, à 85 km au nord d'Amman, non loin de la frontière syrienne.

Depuis son ouverture en juillet, il a été le théâtre de plusieurs manifestations de réfugiés qui dénonçaient leurs conditions de vie.

Les autorités jordaniennes avaient indiqué après ces manifestations vouloir isoler les réfugiés célibataires, les accusant d'être à l'origine de troubles.

La Jordanie accueille près de 230.000 réfugiés syriens, dont 100.000 sont enregistrés auprès du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le gouvernement avait annoncé le 14 octobre la construction d'un deuxième camp de réfugiés à 50 km à l'ouest d'Amman pour faire face à l'afflux massif de réfugiés.

Des milliers de Syriens franchissent chaque jour la frontière vers la Turquie, le Liban, la Jordanie ou l'Irak pour fuir les violences qui ont déjà fait plus de 37.000 morts, selon une ONG syrienne.

akh/tg/cco

PLUS:afp