NOUVELLES

L'imam extrémiste Abou Qatada remis en liberté au Royaume-Uni

13/11/2012 02:09 EST | Actualisé 13/01/2013 05:12 EST

LONDRES - L'imam extrémiste Abou Qatada a été libéré sous conditions mardi, au lendemain du rejet de son extradition du Royaume-Uni vers la Jordanie, où il est accusé de terrorisme.

L'imam d'origine palestinienne, de son vrai nom Omar Mahmoud Mohammed Othman, soupçonné d'être un haut responsable d'Al-Qaïda, a quitté en voiture la prison de haute sécurité de Long Lartin, dans le centre de l'Angleterre. Souriant, il a par la suite regagné son domicile londonien.

Lundi, la commission spéciale d'appel britannique, chargée des principales affaires de terrorisme et d'extradition, s'était opposée à son extradition vers la Jordanie, en estimant que rien ne permettait de garantir qu'il ne serait pas torturé dans ce pays. Le gouvernement britannique compte faire appel de cette décision, tandis que les autorités jordaniennes ont promis un procès «équitable» s'il venait à être extradé.

Condamné par contumace en 1999 et en 2000 en Jordanie pour préparation d'attentats, Abou Qatada s'est réfugié au Royaume-Uni, où les autorités tentent de l'extrader depuis 2001. Les autorités britanniques l'accusent notamment de liens avec le Français Zacarias Moussaoui, seule personne jugée aux États-Unis pour les attentats du 11 septembre 2001, et avec Richard Reid, un Britannique qui avait tenté de faire sauter des explosifs dissimulés dans ses chaussures lors d'un vol entre Paris et Miami. Des enregistrements audio de certains prêches d'Abou Qatada ont été retrouvés dans un appartement de Hambourg, en Allemagne, utilisé par certains membres du commando terroriste de septembre 2001.

Abou Qatada devra porter un bracelet électronique et observer un couvre-feu durant 16 h par jour. Il lui est interdit d'utiliser Internet et de rencontrer certaines personnes.

PLUS:pc