OTTAWA - Jim Flaherty devra tremper sa plume dans l'encre rouge un peu plus longtemps, alors qu'Ottawa reporte à nouveau d'une année le retour à l'équilibre budgétaire.

Dans sa mise à jour économique présentée à Fredericton mardi, le ministre des Finances prévoit mettre fin au déficit budgétaire en 2016-2017, soit un an plus tard que ce qu'il avait envisagé dans son budget du mois de mars dernier.

Pour 2012-2013, le déficit est aussi bien plus important que prévu, à 26 milliards $, soit près de 5 milliards $ de plus que ce qui était inscrit dans le budget du printemps.

Le principal coupable, selon le ministre: le coût des matières premières, intimement lié à la bonne santé de l'économie canadienne. Compte tenu de la faible demande mondiale pour ces produits de base, les prix ont chuté, et avec eux, le produit intérieur brut (PIB) du pays. Les revenus du gouvernement fédéral sont amputés en conséquence.

Ottawa compte donc en moyenne sur des revenus inférieurs de 7,2 milliards $ annuellement pour les cinq prochaines années par rapport à ce qu'il avait prévu au départ.

«Comme je l'ai souvent mentionné, l'équilibre budgétaire n'est pas un fin en soi», a souligné le ministre, ajoutant cependant que moins le Canada consacre de ressources au service de la dette, plus il peut en utiliser comme levier économique.

Malgré tout, le ministre Jim Flaherty se réjouit d'être sur «la bonne voie» pour un retour «à moyen terme» à l'équilibre budgétaire et vante la bonne performance du Canada comparé aux autres pays du G7.

«Cette situation découle du ferme engagement de notre gouvernement à contrôler l'augmentation des dépenses de programmes dans la poursuite de l'équilibre budgétaire», s'est-il félicité.

Pour 2013-2014, M. Flaherty s'attend désormais à un déficit de 16,5 milliards $, pas moins de 6,3 milliards $ de plus que ce qu'il avait estimé huit mois plus tôt. L'année suivante, le déficit devrait reculer à 8,6 milliards $, puis encore à 1,8 milliard $ l'année d'après.

En 2016-2017, la colonne des revenus devrait en principe dépasser celle des dépenses de 1,7 milliard $. Le surplus budgétaire devrait s'élever à 3,4 milliards $ l'année suivante.

Il est à noter que les prévisions de mardi contiennent un «ajustement en fonction du risque» de 3 milliards $. Il n'est donc pas techniquement impossible que le Canada parvienne à équilibrer ses colonnes de chiffres dans trois ans, si l'économie fait vraiment bonne figure.

Pas à l'abri

Dans son discours, M. Flaherty a prévenu que le pays n'était pas «à l'abri des forces présentes à l'échelle mondiale et que nous ne pouvons pas non plus contrôler les chocs économiques venant d'autres pays dont les effets se font sentir ici».

Il a notamment fait référence au «précipice fiscal», soit une hausse d'impôt accompagnée de réductions des dépenses auxquelles pourraient être soumis les Américains à défaut d'un accord politique au Congrès entre démocrates et républicains. Il a encouragé les États-Unis à conclure une entente à court terme pour rassurer les marchés, mais aussi à se pencher sur leurs finances à moyen terme afin de réduire leur déficit.

«Au cas où certains en douteraient, l'incertitude économique qui persiste en Europe et aux États-Unis est bien réelle et nous rappelle fréquemment d'être vigilants», a-t-il dit.

Critiques

L'opposition officielle a sévèrement réprimandé le gouvernement pour ne pas être parvenu à atteindre ses propres cibles. Selon le Nouveau Parti démocratique (NPD), les compressions imposées par les conservateurs ralentissent la croissance et frappent de plein fouet l'économie — un choix idéologique, aux yeux des troupes de Thomas Mulcair.

À un moment où les taux d'intérêt sont bas, Ottawa devrait en profiter pour investir notamment dans les infrastructures, croient les néo-démocrates.

«Sous la gouverne conservatrice, on assiste vraiment à un déséquilibre de l'économie canadienne (...). Maintenant, on met tous nos oeufs dans le panier des ressources naturelles», a soutenu le député néo-démocrate Guy Caron, qui préférerait voir le gouvernement faire davantage d'efforts pour diversifier l'économie.

Du côté des libéraux, on regrette que l'accent ne soit pas mis sur la création d'emplois chez les jeunes. Alors que M. Flaherty a repoussé deux fois la date du retour à l'équilibre budgétaire, rien n'indique qu'il ne se trompera pas à nouveau, a soutenu le libéral Scott Brison.

Chez les bloquistes, on déplore surtout que le gouvernement de Stephen Harper garde le cap sur l'équilibre budgétaire à moyen terme, aux dépens de la frange la plus vulnérable de la population.

La Fédération canadienne des contribuables a elle aussi fustigé M. Flaherty, mais au contraire du Bloc québécois, pour ne pas parvenir à l'équilibre budgétaire assez rapidement.

Loading Slideshow...
  • BUDGET 2012: LES FAITS SAILLANTS

    À la fin de la présente année financière, le déficit s'élèvera à 24,9 milliards $, pour diminuer graduellement afin d'atteindre 1,3 milliard $ en 2014-2015. L'année suivante, le gouvernement prévoit engranger un excédent de 3,4 milliards $. (PC/Sean Kilpatrick)

  • COMPRESSIONS BUDGÉTAIRES

    Le gouvernement réduit de 5,2 milliards $ les dépenses ministérielles, soit 6,9 pour cent de leur budget, avec des départs de 19 200 fonctionnaires à terme, ce qui représente 4,8 pour cent de la fonction publique fédérale.

  • RADIO-CANADA

    Le gouvernement Harper réduit le financement de CBC/Radio-Canada de 115 millions de dollars sur trois ans, soit des compressions de 10 % du budget.

  • LA CENT DISPARAÎT

    La Monnaie royale canadienne cessera de distribuer la pièce d'un cent à compter de l'automne prochain, ce qui permettra des économies annuelles de 11 millions $. (CP photo)

  • LA LOI ET L'ORDRE

    Le ministère fédéral de la Sécurité publique subira une ponction de 179,4 millions $ en 2012-2013. De cette somme, près de la moitié, soit 85,5 millions $, devra être puisée dans le budget des services correctionnels du Canada. En 2014-2015, les économies devront avoir atteint 295,4 millions $ aux services correctionnels du Canada.

  • ENVIRONNEMENT

    Ottawa entend accélérer les processus d'examen environnemental des grands projets. La Table ronde nationale sur l'environnement et l'écologie, une organisation dont le mandat était de trouver des façons de concilier les considérations environnementales et économiques, est abolie.

  • LIBERTÉ 67

    L'âge d'admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse passe de 65 à 67 ans. Il en est de même pour les prestations du Supplément de revenu garanti, dont bénéficient les personnes âgées démunies. La hausse graduelle de l'âge d'admissibilité à ces prestations débutera en avril 2023 et s'étendra jusqu'en janvier 2029.

  • SANTÉ

    Des compressions de 310 millions de dollars d'ici 2014-2015. Santé Canada et l'Agence de santé publique Canada vont fusionner leurs services administratifs. (Alamy photo)

  • RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

    Le gouvernement annonce une réforme importante de ses programmes d'aide à l'innovation qui se traduira notamment par l'abolition du soutien à la recherche fondamentale et une baisse du crédit d'impôt pour la recherche et le développement.

  • IMMIGRATION

    Le gouvernement compte inciter les entreprises à embaucher des Canadiens avant de recourir aux travailleurs étrangers temporaires. Il veut aussi axer davantage le système d'immigration sur les besoins du marché du travail. (pwenzel on Flickr)

  • AFFAIRES ÉTRANGÈRES

    Le ministère des Affaires étrangères devra vendre certaines résidences, réduire son parc automobile, revoir les allocations de ses employés. Le Canada se retirera de certaines organisations internationales non identifiées jugées non «pertinentes à ses intérêts et priorités». (Amos Ben Gershom/GPO via Getty Images)

  • DÉFENSE

    Le portefeuille de la Défense nationale sera réduit de 326,8 millions $ en 2012-2013 et ultimement de 1,12 milliard $ en 2014-2015. Après la fin de la mission de combat en Afghanistan, la Défense et les Forces armées canadiennes devraient améliorer les processus d'attribution de contrats, rationaliser l'acquisition de matériel de soutien et centraliser la gestion des biens immobiliers, entre autres. Une somme de 5,2 milliards $ en 11 ans sera consacrée au renouvellement de la flotte de la Garde côtière canadienne. (ROMEO GACAD/AFP/Getty Images)

  • KATIMAVIK

    Le programme créé sous Pierre Elliot Trudeau est aboli, <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/03/30/abolition-katimavik-coup-eclat_n_1392454.html" target="_hplink">comme le rapportait le Huffington Post Canada</a>. (CP photo)

  • PÊCHES ET OCÉANS

    Le budget de Pêches et Océans Canada sera réduit de 79,3 million de dollars d'ici 2014-2015, au prix d'une importante restructuration. (AFP/Getty Images)

  • ÉDUCATION AUTOCHTONE

    Une somme de 275 millions $ en trois ans sera consacrée à l'éducation pour les Premières Nations, en plus de 330,8 millions $ en deux ans pour l'amélioration de la qualité de l'eau sur les territoires autochtones. (CP)

  • FONDS DE RETRAITE

    Les fonds de pension des fonctionnaires fédéraux seront modifiés. Le gouvernement propose de rajuster les cotisations des employés de la fonction publique de façon à ce qu'elles en viennent à être égales à celles de l'employeur, soit une proportion de 50-50. Elles ne sont actuellement que de 37 %. Les députés devront aussi faire un effort. Comme les fonctionnaires, ils devront aussi éventuellement débourser 50 % des cotisations à leur fonds de pension, mais le budget ne souffle mot sur de possibles réductions de leurs généreuses prestations, une fois la retraite arrivée. (Alamy photo)