MONTRÉAL - Gilles Vézina, le supérieur de l'ingénieur Luc Leclerc, qui a admis avoir reçu au moins 500 000 $ en pots-de-vin lorsqu'il était employé par la Ville de Montréal, a affirmé mardi n'avoir jamais eu connaissance du stratagème de corruption.

Il a assuré n'avoir pris connaissance du rôle des ingénieurs Gilles Surprenant et Luc Leclerc que lors de leur témoignage devant la Commission Charbonneau, en octobre.

«Je n'ai jamais eu connaissance des rôles que ces deux personnes-là ont pu jouer à la Ville avant de les apprendre à la télévision en 2012», a affirmé l'ingénieur superviseur Vézina devant la Commission Charbonneau.

«Moi, le secret de Polichinelle, je n'en faisais pas partie, parce que je n'étais pas au courant», a soutenu l'ingénieur superviseur.

MM. Leclerc et Surprenant ont admis avoir touché chacun des centaines de milliers de dollars en argent comptant de la part des entrepreneurs en construction, durant plusieurs années, sans compter les repas au restaurant, tournois de golf, billets de hockey et autres faveurs.

M. Vézina était le supérieur immédiat de M. Leclerc et devait cosigner les réclamations d'«extras» qu'il présentait à la Ville au nom des entrepreneurs en construction.

En plus des billets de hockey, repas au restaurant et bouteilles de vin, M. Vézina s'est fait offrir les services d'une escorte par deux entrepreneurs en construction. Il a assuré avoir repoussé ces deux offres.

Il a affirmé ne pas s'être étonné de ces offres, estimant que les entrepreneurs voulaient seulement savoir ainsi ce qui lui plairait ou jusqu'où ils pouvaient aller.

M. Vézina a affirmé sous serment qu'il n'avait «jamais» reçu d'argent comptant de la part des entrepreneurs, ni à Noël, ni à son anniversaire, ni en aucune occasion. «Je n'ai jamais fait de demande et je n'ai jamais reçu d'enveloppe», a-t-il martelé.

Le commissaire Renaud Lachance et la présidente de la commission, France Charbonneau, se sont étonnés du fait que M. Vézina prétende n'avoir reçu que des cadeaux, mais pas d'argent, de la part des entrepreneurs, alors qu'il a admis connaître l'entrepreneur Catania depuis plus de 30 ans.

«Vous fréquentez M. Catania régulièrement et M. Catania paie des 'cuts' à monsieur Leclerc, paie des 'cuts' à monsieur Surprenant. Et monsieur Leclerc relève de vous. Et M. Catania ne vous dit pas qu'il paie une 'cut' à Leclerc?» s'est étonné le commissaire Lachance.

«Il ne m'a jamais dit ça», a répliqué M. Vézina, qui a fait sourciller les deux commissaires à plusieurs reprises mardi.

Les questions des commissaires laissaient voir qu'ils doutaient de la sincérité du témoin. «Dans les faits, vous étiez le gestionnaire de ces gens-là. Avez-vous déjà posé la question s'ils recevaient des enveloppes brunes? Est-ce que c'est un bon réflexe de gestionnaire de ne pas poser ces questions-là, quand on sait qu'ils ont des tournois de golf, des repas gratuits, des bouteilles de vin gratuites? Et vous n'avez jamais eu le réflexe de dire 'j'espère que tu ne reçois pas d'enveloppes brunes là!'» s'est exclamé Renaud Lachance, un ancien vérificateur général.

L'ingénieur superviseur a aussi estimé avoir reçu régulièrement des bouteilles de vin de la part de 15 à 20 entrepreneurs en construction, à raison d'une ou deux par entrepreneur. Ces bouteilles étaient le plus souvent livrées à son domicile, rarement au bureau.

Yves Themens

Un cadre intermédiaire d'un niveau supérieur, Yves Themens, chef de section, a contredit des témoins précédents quant à l'existence de mécanismes de vérification à la Ville de Montréal.

«Il y en a eu des vérifications. À mon niveau, il y avait des vérifications de Samson Deloitte et Touche en 2007, 2008. Ils nous demandaient différents documents d'appels d'offres, les annonces dans les journaux. Et il y a même eu une autre grosse firme de vérification qui s'appelle Raymond Chabot Grant Thornton dans les années 2004, 2005, 2006», a-t-il assuré.

Alors que l'ex-dirigeant d'Infrabec, Lino Zambito, avait affirmé que c'est Yves Themens qui lui donnait la liste des soumissionnaires, lui permettant ainsi d'appeler ses concurrents pour que les entrepreneurs s'entendent entre eux pour se répartir d'avance les contrats, M. Themens a affirmé que de 1999 à 2009, il était légal de procéder ainsi. La liste des preneurs de cahiers de charges était disponible sur un comptoir, a-t-il indiqué.

Ce n'est que le 30 octobre 2009 que la directive a été changée et que toute information permettant d'identifier le nom des soumissionnaires devait demeurer confidentielle.

Fait à noter, M. Themens a été suspendu par la Ville pour une enquête administrative, à la suite des propos de M. Zambito.

M. Themens a cependant confirmé les propos de M. Zambito quant au fait que la firme Macogep, embauchée pour s'assurer que la Ville payait le juste montant pour ses contrats, en prenant les cahiers de charges et en soumissionnant comme les entrepreneurs, n'avait pas démontré de grands écarts avec les estimations de la Ville.

«Il n'y a eu que deux, trois soumissions où il y a eu des écarts importants. Pour le reste, les prix du marché réels, tels qu'estimés par Macogep, étaient pas loin des prix soumis», a rapporté M. Themens.

La Ville n'a cependant pas fait appel à une telle firme en 2007 et 2008. «Comme Macogep était pas mal tout le temps dans les prix des estimés et des coûts des contrats, ça validait qu'on n'était pas très hors champ», a justifié M. Themens.

Loading Slideshow...
  • Avril 2009

    Les premiers appels en faveur d'une commission d'enquête publique sur la construction sont lancés à l'Assemblée nationale.

  • Septembre 2009

    L'hôtel de ville de Montréal annule le plus gros contrat de son histoire, une entente de 355 millions $ pour l'acquisition de compteurs d'eau, après la découverte d'irrégularités. Des rumeurs circulent selon lesquelles d'influents politiciens auraient séjourné sur le yacht de l'un des entrepreneurs ayant remporté une partie du contrat.

  • Octobre 2009

    La controverse prend du poids après que l'émission <em>Enquête</em> révèle l'ampleur de la corruption dans l'industrie de la construction, notamment dans les processus d'appel d'offres. Un groupe d'entrepreneurs de la région de Montréal, surnommé le «Fabulous Fourteen», agirait comme un cartel en se divisant les contrats, bloquant ainsi la voie aux compétiteurs, selon les journalistes de Radio-Canada. Un ancien sous-ministre des Transports soutient pour sa part que la mafia contrôle 80 pour cent des contrats de construction accordés dans la région et entretient des liens avec les entreprises du secteur. Les montants versés pour les projets de construction au Québec sont plus élevés qu'ailleurs au Canada, conclut <em>Enquête</em>.

  • Octobre 2009

    Quelques jours avant les élections municipales à Montréal, le magazine Maclean's publie son édition de novembre avec le titre «Corrompue, en ruine et criminalisée, Montréal est une honte» sur sa couverture.

  • Octobre 2009

    Québec annonce le déclenchement de l'Opération Marteau, une unité policière provinciale établie pour faire la lumière sur la corruption et la collusion dans le domaine de la construction.

  • Mars 2010

    L'ancien ministre de la Justice Marc Bellemare accuse le gouvernement libéral d'avoir accepté de généreuses contributions politiques visant à influencer les nominations de juges. Jean Charest déclenche la commission Bastarache pour faire la lumière sur ces allégations.

  • Mai 2010

    Le député libéral et ministre de la Famille Tony Tomassi est forcé de démissionner après la diffusion d'informations selon lesquelles il utilisait une carte de crédit fournie par la firme de sécurité BCIA, firme qui a conclu des contrats avec le gouvernement. M. Tomassi fait maintenant face à trois accusations au criminel.

  • Août 2010

    La firme d'ingénierie Axor se voit imposer des amendes pour avoir illégalement donné 150 000 $ aux trois plus importantes formations politiques du Québec, dont 113 000 $ aux libéraux.

  • Octobre 2010

    «Mafia Inc.», un livre des journalistes d'enquête André Noël et André Cédilot, révèle que jusqu'à 600 entreprises versent un montant d'argent à la mafia sur une base régulière pour être «protégées».

  • Octobre 2010

    Le Maclean's fait encore des vagues, cette fois en qualifiant le Québec de «province la plus corrompue au Canada». La couverture du magazine montre l'emblématique Bonhomme Carnaval tenant un porte-document débordant d'argent.

  • Novembre 2010

    La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) s'affiche en faveur d'une commission d'enquête publique sur la construction, laissant les libéraux de Jean Charest virtuellement seuls à s'y opposer.

  • Novembre 2010

    Les libéraux survivent à une motion de non-confiance à l'Assemblée nationale grâce à leur majorité. Le premier ministre reporte un voyage en France avec deux ministres pour s'assurer que son gouvernement ne tombe pas.

  • Janvier 2011

    La commission Bastarache conclut à l'absence de népotisme dans la nomination des juges au Québec.

  • Février 2011

    Sept personnes, dont une ex-mairesse de Boisbriand, des cadres d'entreprises de construction, un ingénieur et deux consultants, sont arrêtées dans le cadre de l'Opération Marteau. Ils sont accusés de fraude, d'extorsion, d'avoir proféré des menaces et d'abus de confiance.

  • Février 2011

    Québec annonce la création de l'Unité permanente anti-corruption, bâtie sur le modèle des services d'enquête de la ville de New York.

  • Septembre 2011

    La fuite du rapport explosif de Jacques Duchesneau, patron de l'Unité anticollusion, met le feu aux poudres. L'ancien chef de police conclut que le ministère des Transports est impuissant face à la collusion et que le crime organisé et les entreprises de construction sont responsables des coûts très élevés payés par l'État pour ses projets de construction. Une partie du magot serait ensuite transférée vers les caisses électorales des partis politiques, affirme le rapport Duchesneau.

  • Septembre 2011

    Après la comparution de Jacques Duchesneau devant une commission parlementaire, le gouvernement montre des signes d'ouverture à l'idée de déclencher une commission d'enquête en partie publique, en partie à huis clos.

  • Octobre 2011

    Jean Charest annonce la création d'une commission d'enquête sur l'industrie de la construction présidée par la juge France Charbonneau. Mais le fait que la commission ne relève pas de la loi sur les commission d'enquête et n'accorde pas l'immunité aux témoins suscite un tollé.

  • Octobre 2011

    Le gouvernement Charest complète son recul en annonçant que la commission Charbonneau aura tous les pouvoirs requis et relèvera de la loi sur les commissions d'enquête.

  • Février 2012

    Dans un message vidéo pré-enregistré, la juge France Charbonneau lance un appel aux Québécois afin qu'ils fournissent de l'information à sa commission.

  • 1er octobre 2012

    L'entrepreneur Lino Zambito affirme qu'une cote de 2,5% des contrats publics devait être remise à la mafia, et une autre de 3% au parti Union Montréal, de Gérald Tremblay.