NOUVELLES

Congo: les rebelles du M23 accusent le gouvernement de violer le cessez-le-feu

10/11/2012 06:10 EST | Actualisé 10/01/2013 05:12 EST

GOMA, Congo - L'armée congolaise a attaqué des positions des rebelles du M23, mettant fin à un cessez-le-feu de deux mois, a accusé samedi un porte-parole des rebelles.

Dix civils ont été tués lorsque les forces gouvernementales ont ouvert le feu sur la base rebelle de Kitagoma, dans l'est du Congo, près de la frontière ougandaise, a indiqué samedi le porte-parole de l'aile politique du M23, Bertrand Bisimwa. Selon lui, l'attaque a eu lieu vendredi.

Aux dires de M. Bisimwa, les rebelles n'ont pas riposté et ont seulement cherché à se protéger. Il affirme également que le M23 considère le tout comme une violation du cessez-le-feu et estime avoir le droit de riposter afin d'éloigner le plus possible la menace envers la population civile.

L'armée congolaise a nié avoir lancé une attaque.

Les rebelles du M23 sont un groupe formé d'anciens officiers de l'armée nationale ayant fait défection en avril. Ils affirment s'être rebellés en raison de l'incapacité du gouvernement à respecter un traité de paix signé en mars 2009. Le M23 contrôle une petite partie du Nord-Kivu, à 30 kilomètres au nord de Goma, la capitale provinciale.

Le Rwanda et l'Ouganda ont été accusés de soutenir les rebelles par des experts des Nations unies. Un cessez-le-feu a été observé par l'armée congolaise et le M23 pendant deux mois, alors que des négociations étaient organisées à Kampala entre les pays voisins pour tenter de trouver une solution diplomatique.

Le M23 a réclamé des négociations directes avec le gouvernement congolais, mais le président Joseph Kabila a, jusqu'à maintenant, refusé de rencontrer les rebelles.

PLUS:pc