SHERBROOKE, Qc - La première ministre Pauline Marois lance un appel aux partis d'opposition pour assurer la survie de son gouvernement minoritaire.

À 10 jours de son premier test de longévité en Chambre, le dépôt du budget étant prévu pour le 20 novembre, elle leur demande d'agir de façon responsable afin d'éviter que son gouvernement ne soit renversé moins de trois mois après le scrutin.

«J'ai envie de leur dire: ne pensons pas à la prochaine élection, mais pensons plutôt à la prochaine génération», a-t-elle déclaré dans un discours prononcé samedi à Sherbrooke lors du premier grand rassemblement du Parti québécois depuis les élections.

Selon elle, le budget du ministre Nicolas Marceau sera important pour l'avenir financier du Québec. Elle leur suggère donc de mettre de côté les divisions.

Le gouvernement Marois a en effet besoin de l'appui d'un des deux grands partis d'opposition pour faire adopter son budget, sinon il n'aura plus la confiance de la Chambre.

Le Parti libéral et la Coalition Avenir Québec (CAQ) ont déjà fait savoir qu'ils allaient refuser toute hausse d'impôt. La CAQ a dit néanmoins qu'elle accorderait le «bénéfice du doute» au gouvernement péquiste dans les prochaines semaines et qu'elle avait un «objectif de collaboration».

Même si elle a invité les autres partis au dialogue, Pauline Marois a été beaucoup plus dure à l'endroit des libéraux que des caquistes samedi matin. Elle leur a reproché de nouveau d'avoir laissé un trou dans les finances publiques et d'être carrément partis avec la caisse, précisant que c'était en raison de ce contexte budgétaire «insoutenable» que son gouvernement avait décidé de déposer un budget.

«(Au lendemain des élections), nous avons immédiatement été confrontés au résultat d'une gestion laxiste, d'un laisser-faire des libéraux. (...) Ils ont littéralement vidé les coffres, hypothéqué l'avenir dans un sauve-qui-peut électoral», a affirmé la première ministre.

L'ancien ministre libéral des Finances, Raymond Bachand, avait lui-même reconnu avoir dépassé de près de 900 millions $ la cible de contrôle des dépenses pour l'année financière en cours. À terme, cette somme s'élèvera à 1,1 milliard $. Les prévisions pour les revenus sont aussi en baisse avec un manque à gagner de 500 millions $. Les pertes totaliseront donc 1,6 milliard $ par rapport au budget déposé en mars.

Mme Marois a indiqué qu'un contrôle des dépenses soigné est en cours «dans le but de ne pas compromettre les services aux Québécois».

Elle a aussi rappelé qu'elle ira à New York en décembre pour rassurer les créanciers du Québec.

Loading Slideshow...
  • Vue d'ensemble

    Le Parti québécois tient samedi, à Sherbrooke, une conférence nationale de ses présidentes et présidents d'association de comtés. Les participants y feront le bilan du dernier scrutin général qui a permis au PQ de former un gouvernement minoritaire.

  • La première ministre Pauline Marois

  • Le président du Parti québécois Raymond Archambault

  • Le ministre de la Santé Réjean Hébert et la ministre du Travail Agnès Maltais

  • Des bénévoles à la conférence

  • D'heureux participants