NOUVELLES

Washington exige de l'Iran une enquête sur la mort d'un blogueur en prison

09/11/2012 05:00 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

La diplomatie américaine a exigé vendredi que l'Iran enquête sur la mort en détention, annoncée par des organisations des droits de l'homme, d'un blogueur iranien interpellé fin octobre.

"Nous sommes consternés par les informations selon lesquelles les autorités iraniennes ont torturé et tué, lors de son interrogatoire en prison, le blogueur et militant Sattar Behechti", a dénoncé dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, au lendemain d'une prise de position identique du Quai d'Orsay à Paris.

D'après plusieurs organisations des droits de l'homme et les opposants des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), M. Behechti est mort dans le centre de détention de Kahrizak, près de Téhéran, où il était emprisonné depuis plus d'une semaine.

"Behechti avait été arrêté pour le seul crime d'avoir exprimé ses opinions politiques sur internet. Nous nous associons à la communauté internationale pour exiger du gouvernement iranien qu'il enquête sur ce meurtre, demande des comptes aux responsables de l'interpellation, des actes de torture et de la mort de Behechti et cesse immédiatement d'harceler sa famille", a fustigé Mme Nuland.

Aux yeux du département d'Etat "Sattar Behechti est l'une des milliers de victimes de la campagne de répression violente et d'atteinte aux libertés fondamentales menée par le gouvernement iranien".

Les Etats-Unis avaient annoncé jeudi avoir pris de nouvelles sanctions contre l'Iran, ciblant cette fois le ministre de la Communication et le ministère de la Culture pour leur censure présumée des médias.

La communauté internationale, notamment les Etats-Unis et l'Union européenne, ont mis en place ces dernières années un arsenal de sanctions contre l'Iran, pays sur la sellette pour son programme nucléaire controversé.

Washington, qui n'entretient plus de relations diplomatiques avec Téhéran depuis 1980, dénonce en outre régulièrement la situation des droits de l'homme et des libertés publiques dans ce pays.

nr/are

PLUS:afp