QUÉBEC - Le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, est un «inconscient» qu'il faut sensibiliser au contrôle des dépenses, a accusé l'opposition libérale, vendredi.

En conférence de presse avant d'entreprendre une interpellation en Chambre avec M. Bédard, le porte-parole libéral Sam Hamad a été extrêmement dur.

Il a affirmé qu'il fallait sensibiliser le président du Conseil du trésor. Quand des journalistes lui ont demandé si M. Bédard était un inconscient, il a répondu oui.

«La preuve: on a posé des questions, il n'a jamais répondu, a déclaré M. Hamad. Ce matin, je souhaite qu'il nous rassure, nous sommes inquiets. Sa job à lui est de gérer le portefeuille des Québécois, pas donner des bonbons (électoraux)».

Au cours de l'interpellation, il s'est même demandé si M. Bédard avait souvent consulté des états financiers dans sa carrière, ce qui a piqué au vif son vis-à-vis.

M. Hamad a affirmé que «la carte de crédit est pleine» en raison des engagements électoraux des péquistes. Maintenant que le nouveau gouvernement sait qu'il y a des dépassements budgétaires, le porte-parole libéral a voulu savoir «qui est en contrôle» et si le président du Conseil du trésor a donné des directives, des cibles de réduction aux ministères.

«Est-ce qu'il y a un plan de compressions, oui ou non? Et combien? C'est seulement ça qu'on veut savoir», a martelé M. Hamad en Chambre.

Le député libéral se demande même si Stéphane Bédard se consacre à plein temps à sa tâche de président du Conseil du trésor, puisqu'il est aussi leader du gouvernement en Chambre.

«Est-ce qu'il rencontre les ministres (pour réduire les dépenses)? Je ne sais pas. Pas sûr!», a-t-il lancé.

Stéphane Bédard n'a pas manqué de faire transparaître son irritation à plusieurs reprises. Il estimait d'ailleurs que c'est lui qui aurait dû demander des comptes aux libéraux dans cette interpellation. Et il n'a pas aimé se faire reprocher son pedigree en matière de finances, lui qui a fait du droit corporatif et qui a étudié aux HEC.

«Puis là, il vient insulter le monde, il se dit: 'bah, je n'ai pas de questions, donc je vais insulter'. Je trouve ça triste et je l'invite à se ressaisir», a résumé le ministre.

M. Bédard dit avoir hérité de la situation désastreuse du gouvernement Charest, en rappelant que l'ancien ministre des Finances, Raymond Bachand lui-même, avait reconnu avoir dépassé de près de 900 millions $ la cible de contrôle des dépenses dans l'année financière en cours. À terme, à la fin de l'année en cours, ce sera 1,1 milliard $.

«Une orgie de dépenses, sans contrôle, (...) c'est une véritable honte», notamment dans les 20 projets d'infrastructures majeurs du Québec, s'est indigné M. Bédard en réplique.

Il a rappelé que les prévisions de revenus sont aussi en baisse, et qu'il manquera 500 millions $ au compte, donc au total, un manque à gagner de 1,6 milliard $ par rapport au budget déposé en mars.

Malgré tout, il a assuré qu'il garde la cible du contrôle de la hausse des dépenses à 2 pour cent, il n'y aura pas de compressions et le gouvernement Marois respectera l'objectif de l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

La Coalition avenir Québec, qui participait aussi à l'interpellation, a pour sa part manifesté des signes d'ouverture et de collaboration qui ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. En effet, le gouvernement Marois aura besoin de l'appui d'un parti d'opposition pour faire adopter son budget.

Lors de l'interpellation sur le contrôle des dépenses, le porte-parole caquiste, Christian Dubé, a joué la modération en disant vouloir trouver un consensus.

En conférence de presse, il a dit qu'il accordait «le bénéfice du doute» au gouvernement dans les prochaines semaines, mais il s'opposera à toute hausse d'impôts. Une rencontre entre MM. Dubé et le ministre des Finances, Nicolas Marceau, est d'ailleurs prévue lundi.

Loading Slideshow...
  • Agnès Maltais

    Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Solidarité sociale, responsable de la Condition féminine et de la région de la Capitale-Nationale

  • Alexandre Cloutier

    Ministre délégué aux Affaires gouvernementales canadiennes et à la gouvernance souverainiste, responsable de la Côte-Nord

  • Bernard Drainville

    Ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, responsable de la Mauricie

  • Bertrand St-Arnaud

    Ministre de la Justice

  • Yves-François Blanchet

    Ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs

  • Diane De Courcy

    Ministre de l'Immigration, des Communautés culturelles et responsable de la Charte de la langue française

  • Réjean Hébert

    Ministre de la Santé, des Services sociaux et responsable des Aînés, responsable de la région de l'Estrie

  • François Gendron

    Vice-premier ministre, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue

  • Jean-François Lisée

    Ministre des Affaires internationales, de la Francophonie, du Commerce extérieur et des Affaires métropolitaines

  • Maka Kotto

    Ministre de la Culture et des Communications

  • Marie Malavoy

    Ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sports, responsable de la Montérégie

  • Martine Ouellet

    Ministre des Ressources naturelles

  • Nicolas Marceau

    Ministre des Finances et de l'Économie

  • Pascal Bérubé

    Ministre délégué au Tourisme et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent

  • Pierre Duchesne

    Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie

  • Stéphane Bédard

    Président du Conseil du trésor, leader parlementaire, responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

  • Stéphane Bergeron (gauche)

    Ministre de la Sécurité publique

  • Sylvain Gaudreault

    Ministre des Transports, des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire

  • Véronique Hivon

    Ministre déléguée à la Santé publique, à la Protection de la jeunesse, responsable de la région de Lanaudière

  • Élaine Zakaïb

    Ministre déléguée à la politique commerciale et à la banque de développement économique du Québec

  • Gaétan Lelièvre

    Ministre délégué aux Régions, responsable de la Politique nationale de la ruralité, responsable de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

  • Nicole Léger

    Ministre responsable de la Famille, de la région de Laval-Laurentides

  • Élizabeth Larouche

    Ministre déléguée aux Affaires autochtones

  • Léo Bureau-Blouin

    Adjoint parlementaire de la première ministre