NOUVELLES
09/11/2012 01:02 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Mairie de Montréal : Richard Bergeron pose ses conditions

Le chef du parti Projet Montréal, Richard Bergeron, pose ses conditions pour accorder son appui à l'un ou l'autre des candidats qui se présenteront pour assurer l'intérim au poste de maire de Montréal.

M. Bergeron présente quatre conditions :

  • Les augmentations de taxes abaissées de 3,3 % à 2,2 %
  • Le comité exécutif doit être composé de représentants des trois formations politiques
  • Les hausses de tarif de transport collectif sont annulées pour 2013
  • Le rétablissement de la ligne éthique supervisée par le vérificateur général

Le chef de la deuxième opposition à l'Hôtel de Ville explique que l'administration n'a pas besoin d'une hausse de taxe de 3,3 %. Il précise qu'une partie de cette hausse est justifiée par la constitution du « Fonds de l'eau ». Or, il souligne qu'il n'y a pas de travaux prévus au cours de l'année pour les infrastructures liées à l'eau. « Nous n'avons pas besoin de cet argent-là, nous irons le chercher dans les poches des contribuables quand nous en aurons besoin », poursuit M. Bergeron.

Quant à la composition du comité exécutif, il estime que les Montréalais ne font plus confiance à une administration uniquement composée de membres du parti Union Montréal.

M. Bergeron souhaite que les hausses de tarif du transport collectif 2013 soient annulées. « On a eu droit, les Montréalais, à 13 hausses de tarif sous l'administration Tremblay », explique M. Bergeron. « Les prix ont augmenté, si l'on considère le prix de la CAM et de la CAM à tarif réduit, de plus de 60 %. C'est plus de trois fois l'inflation », déplore M. Bergeron, qui estime qu'il est temps de donner un répit aux usagers.

Quant à la ligne éthique, M. Bergeron réclame qu'elle passe sous le contrôle du vérificateur général plutôt que sous la responsabilité du contrôleur général. M. Bergeron souligne que le statut de fonctionnaire de la Ville de Montréal ne permet pas au contrôleur général d'avoir l'indépendance nécessaire pour accomplir la tâche.

M. Bergeron refuse de spéculer sur une éventuelle candidature. Il se contente de rappeler que le candidat qui souhaite recueillir l'appui de son parti devra répondre aux quatre critères mentionnés. Il n'exclut pas de présenter un candidat de son parti, mais il préfère attendre de voir les candidats qui s'avanceront avant de se prononcer.

Le conseil municipal choisira un maire intérimaire le 16 novembre prochain afin de pourvoir le poste laissé vacant par la démission de l'ancien maire Gérald Tremblay. Les 62 membres du conseil pourront se prononcer par vote secret. Le maire intérimaire de Montréal occupera la fonction jusqu'en novembre 2013, moment où se tiendront les élections municipales.

Le parti Union Montréal a annoncé que son candidat serait le conseiller Richard Deschamps.

PLUS: