NOUVELLES
09/11/2012 11:46 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

L'ONU endommagée par Sandy: Ban Ki-moon s'excuse pour sa mauvaise gestion

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a formulé vendredi des excuses publiques auprès des Etats membres pour sa mauvaise gestion de la crise provoquée au siège de l'ONU par l'ouragan Sandy, qui avait endommagé le bâtiment.

La méga-tempête qui s'est abattue il y a 11 jours sur la ville a entraîné la fermeture du bâtiment pendant trois jours et contraint les membres du Conseil de sécurité à se réunir dans des locaux provisoires.

Construit non loin de l'East River, les sous-sols du bâtiment ont été totalement inondés et une cinquantaine de voitures diplomatiques luxueuses, retrouvées pleines de rats et de poissons morts.

Des courts-circuits ont provoqué un incendie, détruit le système de climatisation et affecté le système de communication, provoquant la colère des missions diplomatiques.

"Nous avons été mauvais pour communiquer", a reconnu Ban Ki-moon devant les 193 membres de l'Assemblée générale convoqués pour une réunion spéciale sur la tempête Sandy.

"Je comprends parfaitement la frustration de nombreux délégués et d'employés qui espéraient recevoir des conseils, des informations précises ou être rassurés pendant ce désastre", a expliqué le secrétaire général de l'ONU.

"Là où il y a des erreurs, il y a des leçons", a-t-il ajouté.

L'Assemblée générale a observé une minute de silence en mémoire des quelque 200 victimes qu'a fait Sandy dans les Caraïbes et dans le nord-est des Etats-Unis et au Canada.

Lors d'une réunion houleuse cette semaine avec les responsables de l'ONU, l'ambassadeur algérien Mourad Benmehidi avait affirmé que les missions "avaient eu le sentiment que les Nations unies avaient disparu des radars pendant très longtemps".

Les délégations s'étaient plaintes d'avoir eu à attendre deux jours avant d'avoir des informations précises sur l'étendue des dégâts. M. Ban a expliqué que son personnel avait tenté d'envoyer des courriels mais en vain car un certain nombres d'adresses étaient incorrectes.

"En tout état de cause, nous aurions dû plus travailler pour informer les Etats membres, le personnel et tous nos interlocuteurs sur les conséquences de la tempête", a-t-il déclaré.

Le porte-parole Martin Nesirky avait affirmé trois jours après la tempête que toutes les activités essentielles avaient été maintenues ainsi que les contacts avec les missions de maintien de la paix dans le monde.

tw/rap/mdm

PLUS:afp