NOUVELLES
09/11/2012 06:14 EST | Actualisé 09/01/2013 05:12 EST

Israël met en garde la Syrie contre une propagation des combats sur le Golan

Le vice-Premier ministre israélien Moshé Yaalon a mis en garde vendredi le gouvernement syrien contre une extension des combats entre son armée et les rebelles qui la combattent dans la partie israélienne du plateau du Golan.

"Nous tenons le régime syrien pour responsable de ce qui se passe le long de la frontière", a écrit M. Yaalon, également ministre des Affaires stratégiques, sur son compte officiel Twitter.

"Si nous voyons que cela se propage dans notre direction, nous saurons comment défendre les citoyens de l'Etat d'Israël et la souveraineté de l'Etat d'Israël", a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent alors que plusieurs obus de mortier tirés jeudi à partir du territoire syrien ont atteint la partie du plateau du Golan occupée par Israël, sans faire ni victime ni dégât.

"Il s'agit apparemment d'obus tirés par erreur lors de combats entre les différentes forces en présence en Syrie", a indiqué une porte-parole militaire sans donner d'autres détails.

Les incidents sur le plateau du Golan se sont multipliés ces dernières semaines.

M. Yaalon a souligné que les dirigeants syriens avaient déjà reçu d'autres messages d'Israël leur demandant de veiller à ce que les combats ne se propagent pas et avaient "toujours agi en conséquence".

"J'espère que dans ce cas aussi il y aura quelqu'un en Syrie qui prendra les choses en mains", a-t-il précisé.

L'ambassadeur israélien à l'ONU Ron Prosor a envoyé mardi une lettre au Conseil de sécurité pour lui demander d'agir, à la suite d'incursions de l'armée syrienne dans la zone tampon sur le Golan.

Selon l'armée israélienne, un véhicule militaire israélien a été atteint lundi par des balles perdues tirées depuis le secteur sous contrôle syrien du plateau, et le 3 novembre, trois chars syriens étaient entrés dans la zone démilitarisée entre les deux pays.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Malgré l'occupation et l'annexion par Israël d'une partie du Golan syrien, que la communauté internationale n'a pas reconnue, les deux pays n'y ont pas connu d'affrontement notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

dms/agr/cnp

PLUS:afp