Les prochaines élections scolaires auront lieu à l'automne 2014, a annoncé la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, vendredi.

Les dernières élections scolaires ont eu lieu en 2007 et étaient tenues normalement à tous les quatre ans. L'Assemblée nationale avait toutefois adopté le projet de loi 86 en juin 2010, afin de permettre au gouvernement provincial de reporter l'élection prévue en 2011 et déterminer lui-même la date de la prochaine élection.

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) avait reconnu qu'il était nécessaire de repousser la date des élections afin de restructurer le système en place. Elle souhaitait que les candidats soient munis de meilleurs outils afin de faire campagne et que les élus soient mieux valorisés, au même titre que ceux des autres paliers gouvernementaux.

La FCSQ reconnaissait aussi qu'il aurait été difficile d'organiser des élections alors que l'on tente de réorganiser le fonctionnement du système.

Lors des élections en 2007, le taux de participation avait été de 7,9 pour cent. Afin d'augmenter la participation, la FCSQ avait mentionné préférer que les élections scolaires aient lieu en même temps que les élections municipales. Ce ne sera vraisemblablement pas le cas pour les prochaines élections, mais ce n'est peut-être que partie remise en vue des élections municipales de 2017, selon des informations rapportées par La Presse au début de novembre.

L'Association des commissions scolaires du Québec (ACSAQ), la voix publique du réseau des neuf commissions scolaires anglophones au Québec, a fait connaître sa déception à la suite de la décision prise par Mme Malavoy. L'ACSAQ a ajouté que, tout comme la FCSQ, elle aurait préféré voir les élections être tenues en novembre 2013.

«Oui, la tenue d'élections simultanées en novembre 2013 représentait un défi, mais il était certainement surmontable», a affirmé David D'Aoust, président de l'ACSAQ par voie de communiqué. «Nous sommes au courant de la position du Directeur général des élections et des associations représentant les municipalités à sujet, mais nous ne la partageons pas. L'ACSAQ est impatiente de renouer avec nos électeurs.»

Loading Slideshow...
  • Les bottes Ugg

    Les célèbres bottes australiennes vont rejoindre leur placard... Des étudiantes d'une école secondaire de Pennsylvanie les auraient utilisées pour cacher des téléphones mobiles, dont l'usage en classe va à l'encontre des règles de l'école.

  • Les teintures de cheveux

    Qui se serait douté que de vous teindre les cheveux vous renverrait à la maison? L'école secondaire de Harwich and Dovercourt dans l'Essex, en Angleterre, ne veut pas que les étudiants se teignent les cheveux afin de ressembler à leurs stars préférées. Les couleurs interdites: le "rouge de Rihanna", le "vert de Lady Gaga" et le "violet de Jessie J".

  • Les miroirs et le maquillage

    Le collège Shelley, une école publique située dans le nord de l'Angleterre, les a interdit en septembre 2011 afin que les étudiantes passent plus de temps à étudier... que de temps à s'étudier. Les professeurs doivent maintenant s'assurer, chaque jour, que les jeunes filles ne portent pas la moindre trace de maquillage, et les miroirs ont été temporairement enlevés afin de les aider à combattre ce défaut de vanité!

  • Les pantalons de yoga

    Les étudiants de l'école secondaire catholique St. Joseph, à Ottawa, se sont fait dire de ne plus porter de pantalons de yoga en classe... à moins que ces pantalons moulants ne soient accompagnés d'une longue chemise suffisamment couvrante. Nous, on se demande ce que les jeunes portent en classe de gym.

  • Les minijupes

    L'école secondaire Herne Bay dans le Kent, en Angleterre, a interdit les minijupes parmi les étudiantes. D'après l'école, les jeunes filles en minijupes se mettraient dans une position "à risque" en s'exposant à des agressions sexuelles potentielles de la part de leurs pairs masculins.

  • Les jeans filiformes

    En décembre 2011, l'université Brigham Young en Idaho a interdit les jeans "skinny", ces jeans qui collent à la peau. Selon l'école mormone, dont le code vestimentaire est assez strcicte, le principe de modestie va à l'encontre de ce type de vêtement.