NOUVELLES
08/11/2012 12:55 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Prodi: une intervention militaire au Mali seulement en "dernier ressort"

L'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour le Sahel, Romano Prodi, a déclaré jeudi, après un entretien avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qu'une intervention militaire au Mali n'interviendrait qu'en "dernier ressort".

"Je suis venu chercher la paix et nous devons travailler ensemble et avec bonne volonté pour instaurer la paix dans cette région", a déclaré l'ancien chef du gouvernement italien, cité par l'agence APS.

"Nous avons encore la possibilité de travailler pour la paix et profiter des cadres internationaux et des engagements de l'ONU dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour préserver l'unité nationale du Mali", dont le nord est aux mains de groupes radicaux islamistes, parmi lesquels Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis huit mois.

M. Prodi a estimé que "s'il doit y avoir une intervention militaire, elle interviendra en dernier ressort".

Alger a toujours défendu une solution politique à ce problème, et de récentes négociations à Ouagadougou et Alger ont débouché mardi sur des déclarations du groupe islamiste radical malien Ansar Dine en faveur d'un dialogue national et contre le terrorisme.

Mais Paris et les Occidentaux doutent de la bonne foi de ce mouvement.

La visite de M. Prodi à Alger se déroule au moment où les partenaires ouest-africains du Mali peaufinent leur stratégie de soutien militaire à Bamako en vue d'une intervention pour reprendre le Nord Mali.

Le plan de reconquête du nord du Mali adopté mardi à Bamako par les chefs d'état-major de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) sera soumis aux onze chefs d'Etat ce week-end lors d'un sommet à Abuja. Une fois adopté, ce plan doit être transmis avant le 15 novembre au Conseil de sécurité de l'ONU.

M. Prodi a également indiqué avoir discuté avec M. Bouteflika "de façon profonde" de "tous les problèmes du Sahel".

"Nous devons travailler sur le court terme, mais nous devons également réfléchir sur le développement à long terme de toute la région du Sahel et comment engager la communauté internationale sur cette voie", a-t-il souligné.

M. Prodi a été chargé début octobre de coordonner les efforts de l'ONU pour mettre au point une stratégie sur le Sahel.

bmk/cnp

PLUS:afp