NOUVELLES
08/11/2012 11:56 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Maroc: des ONG demandent la libération d'un responsable des migrants

Des dizaines d'ONG marocaines et étrangères ont réclamé jeudi la "libération immédiate" de Camara Laye, coordinateur d'une association d'aide aux migrants, le Conseil des migrants subsahariens au Maroc (CMSM), détenu pour "commerce illicite d'alcool et de cigarettes".

M. Laye a été arrêté dans la nuit du 20 au 21 octobre et son avocat "s'est vu refuser l'autorisation de le rencontrer" pendant la période de garde à vue, ont affirmé ces nombreuses ONG, lors d'une conférence de presse à Rabat.

Une nouvelle audience de son procès est prévue vendredi à Rabat, ont ajouté ces mêmes sources, annonçant la tenue d'un sit-in pour l'occasion.

Contacté par l'AFP, le ministère de la Justice n'était pas joignable pour commenter dans l'immédiat.

"Il est évident que l'arrestation de Camara Laye participe d'une démarche d'intimidation et de répression à l'encontre des migrants à l'oeuvre au Maroc depuis plusieurs mois", ont affirmé à la presse les ONG réunies au siège de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

"Nous appelons les autorités marocaines à libérer immédiatement Camara Laye et abandonner les poursuites engagées contre lui", ont-elle lancé.

Selon les médias marocains, la police a arrêté M. Laye à son domicile à Rabat et affirmé avoir saisi trois bouteilles d'alcool et 20 cartouches de cigarettes.

Le Maroc est en première ligne sur la question de l'immigration clandestine. Selon des associations de défense des droits de l'Homme, entre 20.000 et 25.000 clandestins d'origine subsaharienne se trouvent dans le royaume.

Selon des sources de sécurité, quelque 10.000 clandestins ont été expulsés entre fin mai et fin octobre, un chiffre quasi-inégalé depuis 2005. Les autorités ont de leur côté fait valoir qu'elles avaient sauvé de la noyade "près de 6.500 migrants au cours des cinq dernières années".

Evoquant le cas de Camara Laye, une lettre ouverte signée par de nombreuses ONG et acteurs de la société civile avait par ailleurs appelé le 5 novembre l'Union européenne à prendre ses responsabilités sur la question de l'immigration clandestine à ses frontières.

"Vous avez émis le souhait que les autorités marocaines vous aident à prévenir l'immigration illégale, assumez les conséquences", est-il écrit dans cette lettre adressée notamment aux présidents de l'UE, Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

"Il est temps de reconnaître l'échec d'une politique obscure conduite en étroite coopération avec les Etats d'Afrique du nord, destinés à jouer le rôle de +gendarmes de l'Europe+ en violation totale des droits de l'Homme", poursuit le texte, avant de conclure: "vous avez reçu le prix Nobel de la paix. Montrez-vous en dignes".

bur-gk/tg/vl

PLUS:afp