NOUVELLES

Le pétrole rebondit à New York après sa forte chute de la veille

08/11/2012 03:05 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Les prix du pétrole se sont légèrement repris jeudi à New York après être descendus à leur plus bas niveau en quatre mois la veille, des indicateurs économiques américains redonnant un peu d'assurance aux investisseurs.

Le baril de référence pour livraison en décembre a avancé de 65 cents à 85,09 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les échanges sont restés dans une fourchette limitée et les cours peinent à déterminer une direction franche" après la chute de plus de 4 dollars enregistrée la veille qui a fait tomber le baril de brut à son plus bas depuis le 10 juillet, a noté John Kilduff, d'Again Capital.

Les courtiers "ont procédé à des opérations de rachat pour couvrir leurs positions", a-t-il ajouté

Ils ont aussi, selon M. Kilduff, bien accueilli la baisse surprise des demandes hebdomadaires d'inscriptions au chômage pendant la première semaine de novembre annoncée par le département du Travail.

Autre signe positif pour l'économie du pays, premier consommateur mondial d'or noir: le déficit commercial des Etats-Unis a enregistré un recul surprise en septembre sous l'effet d'un rebond des exportations après deux mois de baisse.

Parallèlement, les investisseurs sont un peu rassurés de voir "les Républicains et les Démocrates commencer à évoquer le problème du +mur budgétaire+ qui se profile", a remarqué Robert Yawger, de Mizuho Securities.

L'élection de mardi a en effet reconduit dans les grandes lignes les équilibres politiques des deux années passées à Washington, la Chambre des représentants aux républicains, le Sénat aux alliés démocrates de Barack Obama, faisant craindre un nouveau blocage politique.

Mais le président réélu a contacté les chefs des partis au Congrès dès mercredi matin et plus tard dans l'après-midi, le chef de file des élus républicains à la Chambre des représentants, John Boehner, a assuré que ses membres étaient "prêts à travailler" avec leurs opposants politiques pour notamment s'attaquer aux problèmes budgétaires.

Les craintes persistantes sur la zone euro ont toutefois limité le rebond des cours du brut, a souligné M. Kilduff.

jum/sl/bdx

PLUS:afp