Roy Dupuis, en jaquette d'hôpital, attendant la visite de son médecin, jetant un regard dubitatif à un squelette trônant à ses côtés. Pierre Lebeau, dans une salle de bains publique, l'air hagard, une serviette à la main, s'apprêtant à nettoyer une giclée de sang coulant sur le mur d'un blanc immaculé tout près de lui. Gaston Lepage et Sylvie Léonard jouant les scientifiques auprès d'une Suzanne Clément électrocutée par un traitement-choc. Julie LeBreton sautillant affublée à la façon d'une meneuse de claques au costume bleu et blanc, symbole de la chute du Bloc Québécois aux élections fédérales de 2011.

Ces images farfelues, on peut s'en délecter en feuilletant le livre Admissions - Courts-métrages photographiques de Jocelyn Michel. Ce dernier, photographe depuis une dizaine d'années, a immortalisé quantité d'artistes québécois dans le cadre de ses collaborations avec diverses publications, notamment le magazine Famous Québec (devenu depuis Cinéplex). Il nous propose aujourd'hui un recueil regroupant 40 tableaux plus audacieux les uns que les autres, mettant en scène des personnalités d'ici chéries du public, dans des positions pour le moins saugrenues.

D'entrée de jeu, la page couverture de l'ouvrage donne le ton. Béatrice Picard et Janine Sutto y apparaissent dans ce qui semble être un stationnement souterrain, toutes de noir vêtues, les yeux cachés par de sombres lunettes de soleil. Une valise ouverte entre elles, les deux dames sont sur le point de conclure une quelconque grosse affaire. Aussitôt, on comprend que Jocelyn Michel a voulu présenter nos vedettes sous un angle complètement disjoncté.

« Avec le fait de faire jouer les gens, de me faire ma propre fiction, de créer des mini-films avec les acteurs, au fil de mes séances, le projet a évolué de façon naturelle, a expliqué le jeune homme. Puisque les comédiens me connaissaient déjà, je pouvais proposer des trucs, et ça a toujours été bien reçu. Ces gens-là sont constamment en transformation, comme des caméléons, pour les réalisateurs de cinéma. Alors, je crois qu'ils ont vu qu'ils pouvaient s'amuser de la même façon avec la photographie. J'aime rendre les sujets et, surtout, la scène intéressante, qu'il y ait une intrigue, un suspense, que ce soit drôle et coloré. On raconte un film en une image et on trouve la meilleure façon de rendre les émotions. »

Soucieux de proposer un produit de qualité, Jocelyn s'est impliqué dans toutes les étapes de son entreprise, allant jusqu'à concevoir lui-même décors et accessoires pour rendre ses clichés plus réalistes.

« J'ai tout fait, de A à Z, a-t-il insisté. C'est sûr que j'ai une équipe qui me donne un fier coup de main, au niveau du maquillage et du stylisme, par exemple, mais souvent, je devais construire mes propres trucs. J'ai moi-même monté le bonhomme de neige de la photo avec Pierre-Luc Brillant, j'ai fabriqué du faux sang... J'aime beaucoup le bricolage. »

Invité à désigner quelques-uns de ses portraits fétiches dans le bouquin, Jocelyn Michel a salué le courage de Lucie Laurier, qui a posé pour lui complètement nue, à la façon d'une statue dans un musée. Il s'est aussi remémoré avec humour le moment passé avec Claude Legault, Guylaine Tremblay et Antoine L'Écuyer qui, pour les besoins de la cause, se sont métamorphosés en terrifiants zombies, le temps de quelques flashs.

« Sur la photo, ils ont la face déchirée, le cerveau qui leur sort de la tête, ils sont ensanglantés... Ça a demandé deux heures de maquillage et, au minimum, une heure et demi de nettoyage par la suite. Ce fut épouvantablement long! », a rigolé le créateur.

Pour plus d'informations sur Admissions - Courts-métrages photographiques de Jocelyn Michel, on peut consulter la page Facebook du projet ou encore son compte Twitter (@LivreAdmissions). Le livre, publié aux éditions Cardinal, est présentement en vente.