NOUVELLES

Egypte: l'Eglise copte propriétaire d'un terrain occupé par des salafistes

08/11/2012 02:10 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Le Procureur général égyptien Abdel Meguid Mahmoud a confirmé jeudi le droit de propriété d'une paroisse copte sur un terrain convoité par des salafistes qui s'y étaient installés, dans la banlieue du Caire, a-t-on appris auprès d'une source judiciaire.

Le procureur a reconnu jeudi le droit de propriété de l'évêché de Chobra el-Kheima sur ce terrain, et demandé que les mesures nécessaires soient prises pour empêcher les salafistes d'y construire une mosquée, selon cette source.

"L'enquête du Parquet général et les investigations de la police ont confirmé le droit de propriété de l'Eglise concernant le terrain disputé" a expliqué cette source.

"Le parquet de Banha a terminé tard dans la soirée de mercredi son enquête, et chargé les forces de police de protéger le terrain et d'empêcher (quiconque) d'y entrer", a-t-elle ajouté.

Lundi, des salafistes avaient fait irruption sur le terrain en question pour y prier, menaçant d'y revenir et de mettre le feu à des commerces chrétiens dans le quartier s'ils en étaient empêchés, selon un évêque copte.

Une plainte avait été déposée auprès du Parquet mercredi et les ministères de l'Intérieur et de la Justice avaient été informés de l'incident.

Les Coptes, qui représentent de 6 à 10% des 83 millions d'Egyptiens, se plaignent d'être discriminés et sous-représentés au sein du gouvernement et de la haute fonction publique.

Ils déplorent également des restrictions sur la construction des églises, alors que les règles sont très libérales pour les mosquées.

Les violences contre cette communauté chrétienne ont augmenté depuis la révolte qui a renversé Hosni Moubarak en 2011.

L'arrivée au pouvoir en juin du premier président islamiste du pays, Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, a fait craindre à une partie de la population des pressions accrues de la part des tenants d'un islam rigoriste ainsi qu'un certain laxisme de la part des autorités.

ht/tg/cnp

PLUS:afp