NOUVELLES

CORRIGÉ: Le vainqueur du Tour Wiggins heurté par une voiture et hospitalisé

08/11/2012 04:24 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Le vainqueur du Tour de France, le Britannique Bradley Wiggins, a été hospitalisé mercredi après avoir été heurté par une voiture alors qu'il circulait à vélo près du domicile de sa famille en Angleterre, mais ses blessures ne seraient pas graves, selon son équipe.

Wiggins, 32 ans, a été renversé par une voiture qui sortait d'une station-essence, vers 18h00 GMT, à Wrigtington, près d'Eccleston, dans un secteur du Lancashire (nord-ouest) où le champion a l'habitude de s'entraîner.

Selon un porte-parole de la police, ses blessures ne "mettraient pas sa vie en danger" et "sa famille a été prévenue".

L'équipe du coureur, Team Sky, a précisé dans un communiqué que Wiggins "avait été admis dans un hôpital dans la soirée pour observation, que ses blessures ne semblaient pas graves et qu'il devait se remettre rapidement et complètement".

Yasmin Smith, une pompiste interrogée par le quotidien local Lancashire Evening Post, a déclaré que le temps qu'elle lui vienne en aide, "il s'était mis en sécurité mais souffrait beaucoup".

"Il a dit qu'il pensait avoir des côtes cassées", a ajouté Mme Smith.

La conductrice de la voiture serait indemne. Elle est domiciliée dans les environs.

Wiggins est devenu cet été le premier Anglais vainqueur du Tour de France, le premier coureur de son pays champion olympique du contre-la-montre lors des Jeux de Londres et le premier sportif britannique au nombre de médailles aux JO (sept dont quatre en or).

Il a déclaré le mois dernier que son objectif l'an prochain était la victoire dans le Tour d'Italie, au mois de mai, plutôt que sur le Tour de France qu'il se verrait bien courir en aidant son équipier et dauphin de cette année, Chris Froome.

A l'occasion d'un accident intervenu le 1er août entre un cycliste et une navette pendant les Jeux olympiques de Londres, au cours duquel le cycliste a été tué, Wiggins avait concédé que "Londres est dangereux" et ajouté que "nous devons tous coexister sur les routes".

"Je n'avais pas vécu à Londres depuis 10 à 15 ans et la ville est devenue beaucoup plus encombrée que lorsque je faisais du vélo enfant dans la région. J'ai été heurté à plusieurs reprises", avait-il dit.

"Mais je pense qu'il y a de l'amélioration, avec des organisations qui tentent de rendre les routes plus sûres pour les deux camps", avait-il ajouté.

"Les cyclistes ne vont pas disparaître, même si des automobilistes le souhaiteraient en râlant, et de même, les automobilistes ne disparaîtront pas, bien que les cyclistes puissent se plaindre de certains d'entre eux, alors il faut faire la part des choses", avait-il conclu alors.

jdg/gk/jr/gv/gf/jcp

PLUS:afp