Obama rebrasse ses cartes

Publication: Mis à jour:
Barack Obama.
Barack Obama.

Un texte de Sophie-Hélène Lebeuf

Confronté à plusieurs défis immédiats, le président Barack Obama doit notamment esquisser son prochain Cabinet, mais aussi la composition de sa garde rapprochée, avec des départs prévus à des postes importants, comme le Trésor, le département d'État et la Défense.

Son équipe est à pied d'oeuvre depuis plusieurs mois déjà pour remanier son gouvernement, jonglant avec les nominations et promotions potentielles, précise le site Politico.

Au premier chef, il faut trouver un successeur au secrétaire au Trésor, Timothy Geithner.

Homme de confiance d'Obama, le secrétaire général de la Maison-Blanche, Jack Lew, fin connaisseur des affaires budgétaires et parlementaires, est en tête de liste des candidats potentiels. Autres noms évoqués : celui d'Erskine Bowles, ancien chef d'orchestre de l'administration de Bill Clinton et coprésident d'une commission établie par M. Obama pour lutter contre le déficit, ainsi que celui de Roger Altman, qui a déjà travaillé au Trésor sous Clinton.

L'équipe d'Obama porterait aussi son attention sur certains PDG importants, ajoute Politico.

Il s'agit d'un poste important à combler, alors que s'amorcent les négociations entre démocrates et républicains au sujet du « mur fiscal », ensemble de mesures d'austérité comprenant la fin des baisses d'impôts de l'ère Bush et des compressions dans les dépenses publiques devant automatiquement entrer en vigueur dès janvier prochain, à moins d'un accord du Congrès. À défaut d'une entente, le pays risque de replonger en récession.

Si les analystes estiment que Timothy Geithner devrait être le premier secrétaire à quitter son poste, il pourrait d'ailleurs attendre la fin des négociations entourant le mur fiscal avant de s'éclipser.

Le poste revêt une importance particulière dans un contexte de reprise économique fragile et de négociations prévues pour relever à nouveau le plafond de la dette.

Si le choix se porte sur M. Lew, il faudra alors nommer un nouveau secrétaire général de la Maison-Blanche.

Le nouveau visage des États-Unis à l'étranger

Autre poste-clé à combler : celui de secrétaire d'État. Hillary Clinton avait martelé qu'elle ne ferait qu'un seul mandat.

Deux successeurs potentiels se démarquent : l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, et le sénateur du Massachusetts John Kerry.

La première a des liens solides avec le président et plusieurs membres de sa garde rapprochée. Fort d'une maîtrise parfaite des dossiers internationaux, le second préside le comité des affaires étrangères du Sénat.

Lorsqu'il avait remporté l'investiture démocrate, en 2004, il avait choisi Obama comme orateur à la convention du parti. Il avait ensuite avait appuyé sa candidature dès le début des primaires démocrates de 2008. Selon Politico, il aurait été nommé à la tête de la diplomatie américaine si Hillary Clinton avait décliné l'offre du président lors de son premier mandat.

Si elle avait laissé entendre qu'elle partirait dès le début d'un second mandat Obama, celle que la rumeur voit comme candidate potentielle à l'investiture démocrate de 2016 pourrait cependant rester jusqu'à ce que toute la lumière soit faite sur la question de la sécurité entourant l'attentat de Benghazi, dans lequel l'ambassadeur américain en Lybie et trois autres personnes avaient perdu la vie.

Mme Rice avait d'ailleurs repris le message initial de la Maison-Blanche, en affirmant que l'attaque n'était ni planifiée ni coordonnée et faisait plutôt suite à une manifestation spontanée contre un film anti-islam. L'équipe d'Obama préférerait donc qu'elle n'ait pas à répondre aux questions sur ce dossier.

Changement de garde au Pentagone

Le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, âgé de 74 ans, a lui aussi indiqué qu'il comptait tirer sa révérence. Il ne dirige le Pentagone que depuis l'été 2011, mais il avait auparavant dirigé la CIA, au début du premier mandat du président Obama.

Son adjoint, Ash Carter, spécialiste des affaires budgétaires, pourrait lui succéder. Le nom de l'ancienne numéro trois du Pentagone Mic Flournoy, est aussi évoqué. Elle deviendrait la première femme à la tête du Pentagone.

M. Panetta pourrait rester en poste pour gérer la première ronde de coupes budgétaires qui devrait toucher son ministère soit, début 2013, à la suite des négociations entourant le fameux mur fiscal.

Les analystes croient que les secrétaires à l'Énergie, Steven Chu, aux Affaires intérieures, Ken Salazar, et la directrice de l'Agence américaine de protection de l'environnement, Lisa Jackson, devraient aussi être remplacés.

D'autres nouveaux visages pourraient faire leur apparition au Cabinet. Les proches collaborateurs du président voudraient notamment confier des responsabilités ministérielles au gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, à l'ex-gouverneure du Michigan, Jennifer Granholm, et au sénateur sortant du Dakota du Nord Kent Conrad.

Le soir de son élection, Barack Obama a lancé un appel à l'unité, tendant la main aux républicains. Il faudra voir si, comme il l'avait fait en 2009, il réservera certaines surprises. Il avait alors maintenu dans son poste de secrétaire à la Défense le républicain Robert Gates en plus de nommer aux Transports un autre républicain, Ray LaHood.

L'investiture de Barack Obama se fait officiellement le 20 janvier. Comme c'est un dimanche, les cérémonies se dérouleront toutefois le lendemain.

Son premier Cabinet, qui a connu très peu de changements depuis 2009, a été l'un des plus stables de l'histoire américaine.