NOUVELLES
07/11/2012 04:25 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Wall Street dégringole au lendemain de la réélection d'Obama

Wall Street a dégringolé mercredi, minée par l'anxiété des investisseurs face aux problèmes budgétaires qui se profilent aux Etats-Unis après la réélection du président Barack Obama et à la détérioration de la situation en zone euro: le Dow Jones a perdu 2,36% et le Nasdaq 2,48%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a chuté de 312,95 points à 12.932,73 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 74,64 points à 2.937,29 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 a lâché 2,37% (-33,86 points) à 1.394,53 points.

"Maintenant que l'incertitude liée à l'élection est passée", les courtiers "se rendent compte qu'il va falloir se pencher sur le problème du +mur budgétaire+", a remarqué David Levy, de Kenjol Capital Management.

Faute d'accord entre démocrates et républicains d'ici la fin de l'année, des coupes budgétaires et hausses d'impôts doivent en effet entrer automatiquement en vigueur pour réduire le déficit public américain, au risque de saper la fragile reprise économique et de mettre à mal une croissance mondiale encore convalescente.

"Le temps est compté, la fin de l'année est dans sept semaines, on y sera arrivé avant même de s'en apercevoir", a souligné M. Kenjol.

Or "presque rien n'a changé, les acteurs (du jeu politique) sont les mêmes", a noté Andrew Fitzpatrick, de Hinsdale Associates.

Alors que les Américains votaient aussi mardi pour le renouvellement d'une partie du Congrès, la Chambre des représentants est en effet restée acquise aux républicains, et le Sénat devrait demeurer sous la coupe des alliés démocrates du président.

Il existe donc de nombreuses "incertitudes sur la façon dont le Congrès et le gouvernement fédéral vont régler le problème du +mur budgétaire+" d'ici la fin de l'année, a noté Fred Dickson, de DA DAvidson.

"Alors que le président est censé essayer de motiver les parlementaires à trouver un consensus pour éviter le +mur budgétaire+, le marché s'inquiète qu'il n'y parvienne pas. Il n'y aura pas de période de grâce pour lui", a souligné Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital, qui prévoit plusieurs séances agitées dans les jours à venir.

Parallèlement, la zone euro est soudainement revenue en tête des préoccupations des investisseurs, avec "Mario Draghi qui nous a rappelé que l'Europe était encore en crise et le serait pendant un certain temps", a noté M. Levy.

Le président de la Banque centrale européenne a en effet déclaré que la situation économique faible dans la zone euro devrait encore perdurer et que l'Allemagne qui avait "pu échapper à certaines difficultés rencontrées dans d'autres régions de la zone euro" était désormais "atteinte" par "les conséquences de la crise".

Le marché obligataire a nettement progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 1,632% contre 1,742% mardi soir, et celui à 30 ans à 2,821% contre 2,916%.

jum/sl/mdm

PLUS:afp