NOUVELLES
07/11/2012 10:11 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Troisième trimestre: le redressement prend plus de temps que prévu chez Rona

MONTRÉAL - Rona (TSX:RON) vient de connaître un autre trimestre difficile: les ventes du détaillant québécois ont encore baissé et son plan de redressement, dévoilé plus tôt cette année, prend plus de temps que prévu à mettre en oeuvre.

Au troisième trimestre, qui a pris fin le 23 septembre, la chaîne de quincailleries québécoise a enregistré des profits nets de 5,1 millions $ (quatre cents par action), en chute libre de 89,3 pour cent par rapport aux 47,8 millions $ (36 cents par action) dégagés pendant la même période de 2011.

En excluant les éléments inhabituels, le bénéfice par action s'est chiffré à 27 cents, contre 36 cents il y a un an. Les analystes prévoyaient en moyenne 40 cents.

Rona a notamment dépensé 25,7 millions $ dans le cadre d'un programme visant la fermeture de magasins à grande surface au Canada anglais et leur remplacement par des établissements de plus petite taille.

Rona a aussi comptabilisé des coûts totalisant 12,5 millions $ liés au versement de primes à des employés licenciés en juillet, à l'offre d'achat hostile présentée par le détaillant américain Lowe's et à une hausse du budget publicitaire en raison des Jeux olympiques de Londres.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 1,24 milliard $, en baisse de 0,8 pour cent.

«Ce fut un trimestre difficile dans un contexte difficile», a commenté le grand patron de Rona, Robert Dutton, au cours d'une téléconférence avec les analystes.

«Après une embellie observée de février à juin, les conditions de marché du trimestre ont reflété un retour à la prudence du consommateur, voire à la réticence à l’achat», a précisé Rona dans un communiqué.

Pour maintenir ses parts de marché, l'entreprise de Boucherville a intensifié ses promotions, ce qui a contribué à faire passer sa marge bénéficiaire de 7,8 à 6 pour cent (en excluant les éléments inhabituels). La rentabilité a aussi été affectée par une hausse importante des ventes de matériaux de construction, un secteur où les marges sont plus faibles.

Plan en retard

Par ailleurs, la direction n'a pas encore terminé les négociations portant sur les baux des nouveaux magasins de proximité qu'elle veut ouvrir pour remplacer 10 de ses grandes surfaces, de sorte que cette importante initiative, sur laquelle Rona fonde son avenir, a pris du retard.

Jusqu'ici, seuls les grands magasins de Mississauga, de Whitby et du nord de Calgary ont été fermés. Deux autres — à Brampton et à Edmonton — ont été convertis en centres de liquidation et seront fermés d'ici la fin décembre. Rona a assuré mercredi que les cinq autres grands magasins qui devaient être fermés cette année le seront en 2013.

Ce retard fera en sorte qu'au lieu des 10 millions $ prévus en février, les économies découlant du plan n'atteindront que 6 millions $ cette année.

Au cours d'une téléconférence avec les analystes, mercredi, le chef de la direction financière de Rona, Dominique Boies, a indiqué que l'entreprise n'entrevoyait aucun changement majeur dans la confiance des consommateurs à moyen terme, ce qui laisse présager des résultats peu reluisants au quatrième trimestre.

Compte tenu du contexte difficile, Rona renégocie certains contrats avec ses fournisseurs dans l'espoir d'obtenir de meilleurs prix et demande à ses directeurs de magasins de gérer étroitement le nombre d'heures de travail de leurs employés à temps partiel. Enfin, la direction prévoit économiser 10 millions $ par année avec les licenciements effectués cet été. L'entreprise a refusé de préciser le nombre de postes supprimés, se contentant d'indiquer que ceux-ci se trouvaient surtout en Ontario et en Alberta.

Rona veut en outre vendre pour 25 millions $ d'actifs jugés non essentiels, ce qui s'ajouterait aux dispositions totalisant 10,7 millions $ réalisées dans la première moitié de l'année.

Ni la direction ni les analystes n'ont abordé mercredi l'offre d'achat de 1,76 milliard $ que Lowe's a déposée cet été pour Rona. Tout au plus M. Dutton a-t-il reconnu que cet épisode avait rendu plus difficile le recrutement de nouveaux marchands.

La semaine dernière, toutefois, Rona a annoncé qu'une importante quincaillerie de Kemptville, en Ontario, quittait le réseau Home Hardware pour joindre ses rangs.

L'action de Rona a perdu 3,3 pour cent mercredi pour clôturer à 9,82 $, à la Bourse de Toronto.

PLUS:pc