NOUVELLES

L'UCI demande au Tribunal arbitral du sport de l'aider à choisir ses enquêteurs

07/11/2012 10:03 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

GENÈVE - L'Union cycliste internationale s'est tournée vers le Tribunal arbitral du sport, mercredi, pour l'aider à choisir les membres de l'équipe qui enquêteront sur les liens entre l'organisme et l'affaire de dopage impliquant Lance Armstrong.

L'avocat australien John Coates, qui est le président du conseil d'administration du TAS, a suggéré des noms dans le but de composer un comité d'enquête de trois membres qui commencera bientôt à travailler.

«Nous aimerions remercier John Coates pour ses recommandations, que nous suivrons à la lettre», a déclaré le président de l'UCI Pat McQuaid dans un communiqué.

La commission comprendra «un avocat d'expérience respecté», un comptable judiciaire et un administrateur du sport d'expérience, tous «indépendants du cyclisme», a fait savoir l'UCI.

L'organisme dit avoir déjà communiqué avec des avocats et des dirigeants du sport dont la candidature a été proposée par Coates, qui fait aussi partie du comité exécutif du Comité international olympique.

Cette enquête est considérée comme un étape-clée pour l'UCI dans ses efforts pour rétablir sa crédibilité à la suite de l'affaire Armstrong. Un rapport et des recommandations doivent suivre d'ici le 1er juin.

Le comité devra se pencher sur les accusations à l'effet que des dirigeants du cyclisme international auraient caché qu'Armstrong a subi des tests antidopage suspects durant les années où il a remporté sept fois le Tour de France, de 1999 à 2005, et ait fait des dons totalisant 125 000 $ à l'UCI.

Les accusations lancées il y a longtemps ont été réactualisées dans le rapport de l'Agence antidopage des États-Unis, le mois dernier, qui détaille un vaste programme de dopage impliquant les équipes d'Armstrong. On n'a toutefois pas beaucoup élaboré là-dessus dans les 1000 pages du dossier détaillant multiples éléments de preuve.

«Le but de cette commission d'enquête est d'étudier les constatations détaillées dans le rapport de la USADA et ultimement d'en tirer des conclusions et des recommandations qui permettront à l'UCI de rétablir un climat de confiance dans le monde du cyclisme ainsi qu'à son endroit à titre d'organisme de régie», a affirmé McQuaid, qui a été élu au poste de président plusieurs semaines après la septième victoire d'Armstrong.

Hein Verbruggen, le prédécesseur de McQuaid qui demeure président honoraire de l'UCI, a été la cible de plusieurs critiques à l'effet qu'une culture de dopage aurait permis aux équipes d'Armstrong de dominer le Tour de France en trichant. Les deux dirigeants nient avoir mal agi.

L'UCI a entériné les conclusions de la USADA, le mois dernier, en effaçant les résultats d'Armstrong remontant jusqu'à 1998, y compris ses sept titres au Tour de France, et en le suspendant à vie. La USADA a sussi imposé des suspensions de six mois à d'anciens coéquipiers d'Armstrong qui ont collaboré avec ses enquêteurs.

PLUS:pc