NOUVELLES
07/11/2012 05:35 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

L'industrie du porno californien vent debout contre le port du préservatif

La puissante industrie du cinéma pornographique en Californie va saisir la justice et menace de délocaliser sa production, après l'adoption mardi par référendum d'une loi rendant obligatoire le port du préservatif sur les tournages.

La guerre larvée qui couvait depuis des années entre les militants anti-sida de la Fondation AIDS Healthcare (AHF) et une industrie souvent accusée de laxisme en matière de prévention des maladies sexuellement transmissibles, a éclaté au grand jour après l'adoption mardi de la "Mesure B".

Ce référendum local, imposant le port du préservatif sur tous les films pornographiques tournés dans le comté de Los Angeles, a été largement adopté par 55,9% des votants, au grand dam de l'industrie.

Dès mercredi, les opposants au texte ont promis de "bloquer devant les tribunaux l'application du texte" et demandé aux autorités du comté de "suspendre la mesure tant que la justice ne se sera pas prononcée".

La nouvelle loi impose à tous les producteurs de films pornos d'obtenir un permis de tournage payant auprès des services de santé californiens. Les revenus de ces permis doivent permettre de financer des inspections régulières et inopinées sur les tournages, pour vérifier l'application de la loi.

Pour la Free Speech Coalition (FSC), qui réunit l'essentiel des producteurs de films pornos, la loi est "intenable pour l'industrie" du porno.

"Outre les coûts évidents et excessifs entraînés par son application, la FSC et l'industrie ont plusieurs inquiétudes sur la loi elle-même", affirme Diane Duke, directrice générale de la FSC dans une lettre aux autorités du comté.

"Si la désinformation et la déformation pure et simple (des faits) mis en oeuvre par AHF pendant la campagne a pu duper les électeurs, nous pensons que dans le cadre calme et sérieux du système judiciaire, nous verrons que la Mesure B est en réalité anticonstitutionnelle", précise Mme Duke.

L'industrie du porno veut aussi frapper les autorités au portefeuille, en menaçant de délocaliser les tournages dans des comtés ou des Etats plus acceillants --l'essentiel des films pornos étant aujourd'hui tournés dans la vallée de San Fernando, au nord d'Hollywood.

"La Fondation AIDS Healthcare a beau avoir assuré que toute délocalisation des emplois hors du comté de Los Angeles était irréaliste, la dure vérité est que c'est exactement ce que l'industrie a l'intention de faire", affirme James Lee, porte-parole de la coalition réunissant les opposants à la loi.

"Les conséquences inévitables du passage de la mesure B et de la courte vue d'AHF seront la disparition d'un nombre significatif d'emplois et de revenus fiscaux pour les autorités locales, servant à financer la police, les pompiers et les services de santé publique", poursuit-il.

Selon la FSC, l'industrie pornographique pèserait un milliard de dollars et emploierait quelque 10.000 personnes.

La Fondation AIDS Healthcare, qui a été à l'initiative de la loi et a financé la campagne pour le "oui", s'est pour sa part félicitée de l'adoption du texte. C'est une décision "majeure sur la question du sexe sans risques", a déclaré son président Michael Weinstein au Los Angeles Times.

La AHF milite sans relâche depuis des années pour imposer le port du préservatif sur les tournages de films pornos, seule façon selon elle d'éviter la transmission des maladies sexuellement transmissibles dans l'industrie.

Une industrie qui a dû à plusieurs reprises -- la dernière fois en 2011 -- suspendre les tournages après que des acteurs eurent été testés positifs au virus du sida. La FSC, qui gère sa propre clinique et assure dépister régulièrement ses acteurs, milite pour l'auto-régulation du secteur.

rr/lor

PLUS:afp