NOUVELLES
07/11/2012 09:33 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Le MPCC demande une tolérance zéro à partir du 1er janvier 2013

Le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC), qui regroupe les équipes à la pointe de l'antidopage, a demandé que la date du 1er janvier 2013 annonce "à tous la tolérance zéro, de la part des équipes, des organisateurs et de toutes les instances".

"Aidez-nous", lance le MPCC à l'adresse de l'association internationale des organisateurs de courses (AIOCC), de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et de la confédération européenne de cyclisme (UEC), pour cette tolérance zéro qui "doit être la règle d'or".

Dans une lettre dont l'AFP s'est procurée une copie, le Mouvement présidé par Roger Legeay propose à tous les organisateurs "d'adhérer sans réserve" à sa philosophie et "de ne pas inviter les équipes qui ne respectent pas les règles" suivies par les équipes les plus strictes en matière antidopage.

"Comme les managers d'équipes, tous les organisateurs, y compris les organisateurs WorldTour (1re division) lors de l'attribution des wild cards, ont le pouvoir de n'inviter que les équipes (MPCC ou non) qui respectent notre règlement intérieur", rappelle le Mouvement pour un cyclisme crédible.

Parmi ces règles, plus exigeantes que le Code mondial antidopage, figurent notamment l'engagement d'une procédure de licenciement pour un coureur suspendu plus de six mois et le non-engagement d'un coureur suspendu plus de six mois pendant les deux ans suivant la suspension.

Le MPCC, qui a remercié le directeur du Tour de France pour son soutien public lors de la présentation du parcours 2013, a fait part à l'AMA de son inquiétude sur la libéralisation de fait des corticoïdes, "dès lors que la voie d'administration d'un corticoïde ne peut, encore à ce jour être prouvée".

Le MPCC a aussi proposé à l'UEC de "ne pas sélectionner en équipe nationale un coureur suspendu plus de six mois, dans les deux ans suivant la suspension, toutes disciplines et épreuves confondues".

"Dans notre esprit, il n'y a pas d'effet rétroactif. Ce processus ne s'appliquerait que pour les infractions commises à compter du 1er janvier 2013", ajoute le MPCC, qui regroupe aujourd'hui onze équipes (AG2R La Mondiale, Argos, Bretagne, Cofidis, Europcar, FDJ, Garmin, IAM, Lotto, Netapp, Sojasun) et attend sous peu de nouveaux adhérents.

jm/eb

PLUS:afp