NOUVELLES
07/11/2012 06:25 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

La victoire d'Obama, un soulagement pour la gauche en Amérique latine

CARACAS, Venezuela - De Caracas à La Havane à La Paz, la réélection du président Barack Obama a été accueillie avec un soupir de soulagement pour de nombreux membres de la gauche en Amérique latine, même si plusieurs ont rappelé que le leader américain n'avait pas fait de la région une priorité lors de son premier mandat et qu'il serait surprenant que les choses changent au cours des quatre prochaines années.

À Cuba, le site web de l'agence gouvernementale de nouvelles CubaSi a qualifié le résultat du moindre de deux maux titrant que «le pire n'a pas gagné».

Dans les rues de Caracas, certains craignaient qu'une victoire de Mitt Romney mène à l'application de la ligne dure contre les leaders de la gauche comme leur président Hugo Chavez.

Aussi, plusieurs espéraient que la victoire de M. Obama assure le maintien de la paix dans les relations avec les États-Unis.

Cesar Echezuria, un vendeur ambulant de journaux, est d'avis qu'une défaite de Barack Obama aurait été catastrophique pour le Venezuela, car Mitt Romney aurait coupé les liens avec le pays, selon lui.

Oscar Espinosa Chepe, un économiste cubain en faveur du développement des relations entre Washington et La Havane, a dit souhaiter que M. Obama en fasse plus afin d'améliorer les relations entre les deux pays — même si les lois américaines stipulent que c'est le Congrès qui a le dernier mot sur l'embargo économique contre Cuba qui dure depuis 50 ans.

«Nous croyons que lors de son deuxième mandat, M. Obama pourrait faire quelques pas en avant, par exemple en permettant à un plus grand nombre d'Américains de voyager à Cuba, a déclaré M. Espinosa Chepe. Même si nous savons que ces lois ne peuvent être changées rapidement, nous croyons aussi que les relations commerciales pourraient être plus libérales.»

PLUS:pc