NOUVELLES
07/11/2012 11:05 EST | Actualisé 07/01/2013 05:12 EST

Jürgen Klinsmann aurait été congédié à la CM 2006 si ç'avait mal tourné

FRANCFORT - La fédération allemande de football (DFB) avait secrètement l'intention de congédier l'entraîneur Jürgen Klinsmann durant la Coupe du monde 2006 à domicile si le tournoi s'était mal déroulé pour l'équipe hôte, selon l'ancien président de la DFB Theo Zwanziger.

Zwanziger a fait savoir que lui et trois autres dirigeants de premier plan de la DFB, y compris le patron du comité organisateur de la Coupe du monde Franz Beckenbauer, ont élaboré un plan afin de congédier Klinsmann durant le tournoi si celui-ci s'avérait un «désastre sportif» pour l'Allemagne.

Les quatre hommes étaient les seuls à connaître le plan, qui visait par ailleurs de remplacer Klinsmann par le directeur sportif Matthias Sammer. Celui-ci n'était pas au courant du projet.

Zwanziger n'a jamais été un ami de Klinsmann et il a mis Sammer en place malgré les objections de Klinsmann. Ce dernier a mené la sélection allemande à la troisième place. Il dirige maintenant la sélection des États-Unis.

Désormais à la retraite, Zwanziger a écrit un livre sur son séjour à la tête de la DFB et a révélé le plan impliquant Klinsmann. Le journal Bild en publie présentement des extraits avant sa publication.

Dans des extraits publiés mercredi, Zwanziger affirme que «le plan B» a été ébauché après que l'Allemagne eut perdu 4-1 aux mains de l'Italie à l'approche du tournoi.

La DFB n'avait pas aimé non plus que Klinsmann ait sauté un atelier de la Coupe du monde pour entraîneurs peu après la défaite en Italie, choisissant plutôt de retourner chez lui en Californie, selon Zwanziger.

«Je dois reconnaître que je commençais à avoir des doutes à propos du patron de notre équipe. Publiquement, j'ai exprimé ma loyauté à l'endroit de Jürgen Klinsmann... Mais à l'interne, nous avons mis en place un plan B», a écrit Zwanziger.

«Si un désastre sportif commençait à se développer à la Coupe du monde et que Klinsmann n'était plus acceptable, nous avons décidé que Matthias Sammer ferait le saut rapidement.»

L'adjoint de Klinsmann, Joachim Loew, n'a jamais été considéré parce qu'on estimait qu'il était un allié trop intime de Klinsmann, a affirmé Zwanziger. Klinsmann a remis sa démission après la Coupe du monde et la DFB a confié le poste à Loew, qui est toujours en place.

Klinsmann a ensuite eu du succès à la barre du Bayern Munich.

PLUS:pc